Maxime Beaussire chute à Deauville

17 avril 2017 Ecrit par  Mathias Rossignol

Boxe anglaise – catégorie super-welters. Grosse désillusion pour Maxime Beaussire, ce samedi 15 Avril au Centre International de Deauville. Face au tenant du titre de l'Union Européenne Zakaria Attou, le boxeur normand, pourtant favori sur le papier, a concédé la défaite d'extrême justesse. Au terme d'un violent combat en 12 rounds et dans une ambiance électrique, Attou était déclaré vainqueur par deux juges à un.

 

 

Il est 22 h 45 ce samedi soir quand, devant les caméras de La Chaîne l’Équipe, Maxime Beaussire sort de son vestiaire. Comme à son habitude, il porte une tenue originale avec un casque en symbole de son surnom « Le Conquérant ». Et lorsque la musique « If I Had A Heart » de Fever Ray retentit, Maxime effectue une entrée froide sur le ring, comme il les aime. Tout se passe alors comme prévu.

 

beaussire union3 17

 

Beaussire en rouleau compresseur

 

C'est après une courte minute d'observation que Maxime Beaussire entamait un travail de démolition. Au moyen de violents coups à la face et aux flans, le calvadosien faisait ainsi vaciller le francilien, à ce moment dans les cordes. Le second round démarrait sur les mêmes bases avec un Beaussire des grands soirs. Dans une salle majestueuse, acquise à sa cause, Le Conquérant avançait tel un rouleau compresseur sur un Zakaria plus fuyant. « Je l'ai touché durement au premier round. J'aurais dû conclure à ce moment-là », analysait le normand de 25 ans, après le combat. Dans les rounds suivants, le schéma restait le même. Maxime allait vaillamment chercher le tenant du titre dans ses derniers retranchements. Cependant, ce dernier avait de la réserve.

 

Zakaria Attou, un boxeur expérimenté

 

À ce moment du combat, le coin Beaussire croyait alors réellement en ses chances de pouvoir détrôner Attou. Mais pour conserver son titre, « Zak » comme il est surnommé auprès de ses fans, n'hésitait pas à faire parler son expérience. Le boxeur de 34 ans, domicilié à Poissy (78), évoluait en contre et parvenait souvent à obtenir le dernier mot dans les échanges. De plus, coups après le gong et accrochages à répétition venaient stopper net les ardeurs normandes. « Le métier et la précision ont joué en ma faveur ce soir », reconnaissait Attou. Au cours du huitième round, la tendance semblait définitivement s'inverser. L'élan de Maxime Beaussire n'était plus le même et Zakaria Attou en profitait. Parfois, c'est même ce dernier qui réussissait à coincer le boxeur local dans les cordes du ring. La précipitation prenait alors le pas sur la raison. Beaussire se trouvait imprécis là où Attou faisait preuve de plus de justesse.

 

Un final à suspense

 

Malgré le léger retard au pointage, annoncé par Jean-Philippe Lustyk, en direct à la télévision, la détermination de Maxime Beaussire restait intacte. Pour preuve, lors du neuvième round, un enchaînement gauches-droites dont il a le secret faisait de nouveau vaciller Attou qui gardait assez de lucidité pour se désaxer. Le final du combat devenait crucial tant les avis étaient partagés d'un round sur l'autre. Dans une ambiance de folie, où une poignée de supporters pro-Attou, avaient fait le déplacement, la tension sur et en dehors du ring était palpable. Les chants du public devenaient assourdissants à tel point que Maxime Beaussire était contraint de regarder son coin régulièrement afin de comprendre les consignes. Zakaria Attou, fort de plusieurs combats disputés à l'étranger, ne se laissait pas impressionner. Le solide détenteur du titre continuait à rester précis, sans céder à la panique.

 

beaussire union2 17

 

A l'entame du douzième et dernier round, Maxime semblait le plus frais. Il continuait à avancer sur son adversaire et à prendre l'initiative du premier coup. Cependant, il en fallait visiblement plus pour convaincre les trois juges, situés au bord du ring. Après une délibération mitigée, Zakaria Attou était finalement désigné vainqueur par deux juges (116 - 113 et 115 - 113), tandis qu'un juge voyait Maxime Beaussire l'emporter (115 - 113).

 

Maxime Beaussire n'est plus invincible

 

En plus du renoncement au titre de l'Union Européenne, cette défaite sonnait la fin d'une série d'invincibilité entamée dès le premier jour de sa carrière professionnelle. En effet, Beaussire restait sur 24 combats sans la moindre défaite, en cinq ans d'exercice. En rentrant dans son vestiaire, le boxeur natif de Saint-Lô, n'arrivait toujours pas à accepter ce résultat. « C'est un énorme coup de frein pour ma carrière. Je ne comprends pas encore tout, il faut que je revoie les images pour savoir si j'ai vraiment perdu ou pas », lâchait Maxime, complètement dépité. Certes, il s'agit là d'une nouvelle épreuve difficile à surmonter dans une carrière. Cependant, Jean-Philippe Lustyk, qui commentait ce combat en direct, tenait à apporter une nuance importante : « Maxime est un champion en construction. La défaite fait partie d'une carrière, il ne faut pas être obsédé par ça. Dans l'immédiat, il a besoin de revoir ce combat. Ensuite, il y a un vrai travail technique à faire au niveau défensif et au niveau de la variété des attaques. Cette technique lui permettra dans des moments difficiles de s'en sortir. » Tout n'est donc pas perdu pour le boxeur de 25 ans, qui possède, selon les spécialistes, une marge de progression encore conséquente.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr