Mon bilan de l'année sur Sport à Caen : épisode 1

30 décembre 2014 Ecrit par 

Une année de rencontres, de coups de cœur, 365 jours de sport, d'adrénaline, d'événements plus marquants les uns que les autres, 52 week-ends rythmés par l'actualité sportive caennaise entrecoupés de quelques pauses qui permettent de souffler et qui laissent un trou béant sous forme de manque dès que le programme est allégé. Bref Sport à Caen me permet de vivre tout ça au quotidien. L'année 2014 n'a pas échappé à la règle et je vous adresse un condensé des événements et rencontres qui ont pu me marquer, d'un point de vue tout à fait personnel, sportivement et humainement. Clin d'oeil dans le rétro.



Des belles rencontres ...

J'ai une façon de vivre cette « aventure Sport à Caen » d'une manière qui m'est tout à fait propre. C'est en effet une aventure, dans le sens où les découvertes quotidiennes prennent une part majeure. Aller au devant des des gens, au gré de coups de cœur, rencontrer un personnage et en ressortir les contours, aussi bien d'un point de vue personnel que sportif, il n'y a rien de plus passionnant. Ce fut le cas cette saison notamment dans le milieu du handball.

Le début de saison 2013-14 a marqué l'arrivée au sein du CL Colombelles de l'internationale tunisienne Ouided Kilani. Ma rencontre avec la native de Sousse s'est tout d'abord faite par le biais du hasard, m'intéressant à une recrue avant tout, avant de découvrir une joueuse et une personne devenue plus qu'une recrue. Ouided c'est une professionnelle adorable, toujours prête à répondre aux sollicitations diverses. La belle découverte de l'année en ce qui me concerne.

Le foot et le hand étant mes deux tasses de thé sur Sport à Caen, deux autres handballeux ont particulièrement retenu mon attention en cette année 2014. Ils ne sont pas internationaux, ni nouveaux au club, mais comme je le précisais plus haut, à force de voir jouer et cotoyer de plus ou moins près certains individus, on s'en rapproche inexorablement. Yacine Zitouni-Terki et Teiva Roopinia sont à ranger dans cette catégorie. A la base ce sont des coups de poker qui répondent au constat du bord du terrain « ce mec-là, il m'intéresse, je ne sais pas encore pourquoi, mais il m'intéresse ! ». Et comme j'ai l'habitude de rarement me tromper sur les gens (c'est prétentieux mais souvent emprunt de réalité), j'ai visé juste avec ces deux-là, deux types bien, tout simplement.

Et pour en finir avec ces rencontres de tous les jours, je dois avouer que je garderai un souvenir particulier de l'interview croisée consacrée à un couple de sportifs locaux, la basketteuse douvraise Lucie Lefèvre (même si ma fibre pour le basket reste à prouver, désolé Lucie !) et son footeux de compagnon bayeusain Maxime Legrand. Une véritable rencontre coup de cœur avec deux personnes bien.



Mes coups de cœur …

Au rayon de mes coups de cœur 2014 je vais en ressortir deux, aussi indissociables qu'incomparables.

Le premier se place dans la lignée du handball caennais que j'ai la chance, l'honneur (c'est comme on veut) de suivre toutes les semaines à Colombelles ou au palais des sports. Alors certes ce n'est « que » de la Nationale 1 pour le CLC ou le Caen HB mais les afficionados de la petite balle avaient tout de même, et ce n'est pas rien, de pouvoir admirer avec Ouided Kilani pour la Tunisie et grâce à Omar Benali pour l'Algérie, des internationaux qui ont une nouvelle fois revêtu le maillot national pour prendre part à la Coupe d'Afrique des Nations. Alors forcément quand les deux normands d'adoption reviennent dans le Calvados chacun avec une médaille d'or autour du cou, ça devient un événement sportif local et pour bien connaître ces deux lauréats, j'en fais aussitôt mon coup de cœur de l'année.

Mais comment laisser sur la touche l'exploit stratosphérique d'un surhomme que j'avais découvert à l'occasion de son premier UTMB (8ème et 3ème français) ? Bertrand Collomb Patton a remis le couvert cet été en s'offrant un nouveau top 10 (9ème) mais 2ème français. Chapeau bas champion !


 


Mes événements de l'année …

Du sport en tous genres, c'est toute l'année. Des sports individuels, collectifs, de niveaux de compétition divers et variés. Mais au final quand il s'agit de jeter un œil sur l'année écoulée, certains nous ont plus marqué que d'autres et des paradoxes s'affichent.

C'est mon cas. Mois de septembre, Thury Harcourt et sa base nautique. Mes vacances professionnelles et un besoin de décompresser en cette magnifique arrière-saison normande et me voilà parti, comme tout spectateur lambda, à la découverte de Mondiaux de Kayak Polo annoncés de longue date mais bigrement méconnus. Passé une heure autour d'un bassin bondé d'une population on ne peut plus cosmopolite, mon premier constat est digne d'un « Waaaaah ! ». Non je ne suis pas l'enfant qui découvre ses premiers jouets de Noël mais je découvre un événement tout ce qu'il y a de photogénique, un vrai spectacle passionnant et tout ce qu'il y a autour avec un cadre normand champêtre qui se prête parfaitement pour l'occasion. Résultat, au lieu d'y passer deux heures, j'y suis retourné trois jours. Une belle révélation !

Difficile avec un profil initial de footeux d'occulter la saison du Stade Malherbe. Il y aurait certes un tas de choses qui gravitent autour de ce club à ressortir de cette année 2014. Mais il va s'en dire qu'une accession en Ligue 1 est à marquer d'un fer rouge, tant ce retour parmi l'élite était attendu voir même nécessaire si l'on place les dominantes économiques en premier lieu. Quoi qu'il en soit Malherbe est de retour, et l'équipe et le staff sont à féliciter.

Et dans certains cas il n'y a pas besoin d'être un supporter assidu de telle ou telle discipline ou équipe, comme c'est mon cas avec le basket, pour suivre une épopée avec passion. C'est le cas du CBC qui fait partie du patrimoine sportif caennais, fort d'un passé écrit à l'encre dorée. Forcément quand le « projet Batum » est né il y a de çà dix-huit mois environ, avec Hervé Coudray aux manettes, un engouement très fort s'est instauré au palais des sports grâce aux arrivées des Eleka, Caskill, Ocokoljic et consorts, pour déboucher sur un quasi sans-faute en phase régulière (une seule défaite à Tourcoing si je ne m'abuse).

Je place la saison des Drakkars dans la même lignée. Pas sur le degré de performance puisqu'on peut même classer la leur à l'opposé de celle des basketteurs. En grosse difficulté sur leurs patins pendant toute la saison , ils n'ont dû leur salut en Magnus que grâce à un sursaut d'orgueil venu du bout du bout des Play-Downs à Brest. Mais c'est aussi pour ça que j'aime le sport : une bande de mecs capable de se sortir les tripes (de Caen évidemment !) pour aller sauver une saison sur un dernier match.



Mes coups durs …

Ça coule de source mais l'affaire Caen – Nîmes est le coup de buzz qui vient terrasser le sport caennais et le stade Malherbe en cette année 2014. Ou comment faire d'un épisode invraisemblable basé sur une discussion à un point relayée par une palette de pinard à 4,80 euros la bouteille (guère plus !) une véritable affaire d'état qui fait chanceler l'édifice malherbiste et envoyer président et bras droit entre les mains de la justice ? En tout cas le faisceau caennais tangue, sur le terrain et en coulisses …

Je parlais précédemment de l'épopée exemplaire des CBCistes pendant toute une saison sans accroc, où tous leurs adversaires sont venus se casser les dents face à l'armada du président Fleury. Tous, sauf cette maudite équipe de GET Vosges, venue anéantir les espoirs de Nationale 1 de tout un groupe, tout un club, toute une ville, au buzzer du match décisif. Tout ça pour une réglementation propre à la Nationale 2 qui ne permet pas au plus fort d'accéder à l'échelon supérieur. Un véritable coup de massue !



Les coups d'un jour …

Une team reconstituée, des résultats qui s'enchaînent de manière tout à fait cohérente, et voilà les filles de Mondeville qui s'offrent une première partie de saison cohérente. Le retour de KB Sharp, après son exil niçois, n'est pas étranger à ces performances. Preuve en est en ce samedi 15 novembre lorsqu'elle profita de la dernière seconde de la rencontre par mitrailler le cercle nantais et faire basculer d'ivresse une Halle Bérégovoy en fusion. C'est pour ces moments d'adrénaline, ces coups, ces gestes venus de nulle part, qu'on aime le sport.

A l'impossible nul n'est tenu a-t-on coutume de dire. Hamdi Habacha le sait mieux que quiconque et les joueurs de Massy encore davantage. Quelques secondes à jouer dans le money-time de ce match de coupe de France face aux Franciliens pensionnaires de Pro D2 et le gardien caennais prend les choses en main sur un dernier coup-franc qu'il parvient à glisser dans un trou de souris et emmener ses potes vers des tirs aux buts dont il fût le héros. Un geste venu d'ailleurs.



Mon quotidien de l'année 2014 …

Quand je dis 2014, je parle également de la saison 2013-14. J'ai pris un plaisir sans faille à mettre en place ce suivi hebdomadaire autour de la DH et du foot régional au travers des différentes coupes. Cette rubrique, elle regroupe un tas d'aspects et tout d'abord (on y revient !) cette notion de rencontres et de partage. Qu'ils soient entraîneurs, présidents, joueurs, j'ai pris un pied inimaginable à côtoyer ces personnes qui ne sont pas pros et exercent le football comme une passion. Ils ont une vie à côté, ils ont un boulot, ils sont maris pour la plupart, papas pour certains, mais le football reste fédérateur et regroupe des passionnés qui donnent tout pour un club, un maillot. Pour les lecteurs assidus de la DH sur Sport à Caen, je mets bien sûr en avant tous ceux qui m'apportent leur réactivité, leur sympathie quand il s'agit de répondre à mes sollicitations régulières. En fait, par rapport à tout ça, j'ai un bonheur somme toute très simple : me rendre sur un stade le samedi soir, arriver sur place suffisamment avant le coup d'envoi pour prendre un café, discuter avec les différents acteurs du match sur place et assister à un beau match de football, avant de débriefer avec ces mêmes personnes. Un bonheur simple mais qui me va bien. Une autre façon d'appréhender la passion du football.

La couverture des matchs dominicaux du Caen HB et du CL Colombelles me poussent vers la même réflexion. C'est un vrai bonheur de me rendre au palais des sports et à Hidalgo pour voir ces matchs et rencontrer tout ce petit monde. Mais juste une requête pour 2015 (ça sera la seule, promis !) : merci de vous arranger entre clubs pour que les gars du Caen HB et les filles de Colombelles ne jouent pas le même jour à domicile à la même heure. Un zest de bon sens comme la saison dernière et tout le monde sera content … moi le premier !

 

 

Mon gros coup de de gueule …

Je déteste parler de la performance d'un arbitre au travers de mes rubriques football, et je défie quiconque d'en trouver trace. Le job est suffisamment compliqué pour que je n'en rajoute pas, et je pars d'un principe facile qui me laisse penser que tout le monde est en droit de de tromper et de passer à côté de son match, qu'il soit joueur, entraîneur ou arbitre. Raccourci certes facile mais tellement vrai. Ca n'empêche mon coup de gueule va envers un arbitre que je ne nommerai pas, qui se reconnaîtra et que beaucoup reconnaîtront. J'ai assisté comme beaucoup à la finale de coupe de Basse-Normandie à Vire entre Ducey et Bayeux. Je pourrais refaire le match autour des décisions arbitrales mais ce n'est pas le but. Un autre aspect m'a profondément choqué (c'est le terme) : voir la triplette d'arbitres être récompensée comme il se doit, et regagner les vestiaires avant même que les joueurs des deux formations ne le soient, sans même attendre la fin du protocole, ça s'appelle tout simplement manquer de respect et même de savoir-vivre. Le respect des joueurs passe par le respect de l'homme, c'est en tout cas ma façon de voir les choses.



Mon gros coup de cœur …

Si j'étais salarié de Sport à Caen, après avoir lu ces quelques lignes, vous seriez en droit de penser que je suis sur le point de réclamer une rallonge sur émoluments mensuels. Primo je ne souhaite pas être augmenté et même si je réclamais un salaire doublé, 2 fois 0 sera toujours égal à 0. Sujet clos ! Plus sérieusement, mon coup de cœur de l'année il se résume grâce à cinq bougies que votre site référence va souffler dans quelques jours grâce à la passion, la pugnacité, le talent (un petit peu quand même) d'un petit bout de bonne femme que vous connaissez tous et qui m'a mis le pied à l'étrier il y a presque deux ans pour vivre une formidable aventure tant sur la partie « journalistique » qu'humaine. Mais ce n'est pas de moi qu'il s'agit, ce coup de cœur s'adresse véritablement à ce site unique qui a l'extrême mérite d'exister et perdurer sans rentrée financière parallèle, rythmée uniquement par un maître mot : la passion du sport. Respect.



Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr