Le Caen TTC n'était pas si loin

20 juin 2017 Ecrit par 

Le Caen TTC a su dès 20h15 mardi 6 juin, à peine trois quarts d’heure après le début de son match, qu’il n’y aurait pas de miracle. Vainqueur 3-0 à Angers, Roanne a épargné tout suspense inutile lors du dernier acte de la saison. Caen évoluera en Pro B la saison prochaine, avec l’intention de ne pas s’y éterniser.

 

 

Le Caen TTC a eu le mérite d’y croire jusqu’à la dernière journée. Au regard du retard qu’il comptabilisait les semaines précédentes, c’était une première victoire. L’exploit n’a toutefois pas eu lieu dans l’ultime étape. « Il y avait un espoir, il ne fallait pas cracher dessus, souligne Xavier Renouvin. On savait toutefois qu’il était hyper mince… » Pour s’en sortir, Caen devait battre Hennebont sur n’importe quel score, mardi 6 juin, et compter dans le même temps sur un revers de Roanne 3-0 à Angers. Or les Ligériens ont gagné 3-0. Clair, net et sans bavure. « Il fallait mieux jouer avant… »

 

Dernier de Pro A avec deux points de retard sur Angers et trois sur le duo Istres/Roanne, Caen a quitté l’élite sur un drôle de sentiment. « Pas amer », Xavier Renouvin peut toutefois regretter le nouveau système mis en place cette saison. Sans la refonte du championnat, octroyant des bonus aux équipes battues 3-1 (un point) et 3-2 (deux points), Caen n’aurait pas terminé à ce rang. Tout le paradoxe de son résultat final réside dans un chiffre. Ses sept victoires sont une de plus que Morez, Villeneuve et Istres, qui constituent le ventre mou du classement.

 

La grosse satisfaction Alexey Liventsov

 

L’erreur des Caennais cette saison ? Avoir « mal perdu », comme le qualifie Marcos Madrid. Cinq des défaites caennaises n’ont pas ramené le moindre point (3-0), tandis que six autres n’ont occasionné qu’un point (3-1). Il a fallu attendre l’ultime journée pour que le Caen TTC perde 3-2 et prenne deux points. « Ce nouveau système n’a pas été en notre faveur, mais on le connaissait et c’était le même pour tout le monde. » En 18 journées, Caen n’aura remporté que 28 duels et pris donc autant de points. « Il ne fallait pas se leurrer, on jouait entre la huitième et la dixième place, par rapport aux forces en présence, rappelle Xavier Renouvin. On savait que ça (la relégation) pouvait arriver. »

 

Si le couperet est tombé, ce n’est pas faute d’avoir eu un leader de haut niveau. Alexey Liventsov, pour sa première expérience en France, a remporté 67 % de ses rencontres. Il a ramené 19 des 28 points de son équipe, ne perdant qu’à neuf reprises. Sa saison s’est conclue par un superbe 9/10 après quelques semaines de flottement. « Il a fait une excellente saison, et c’est en plus un mec super. Alexey a été un fort leader auquel on ne s’attendait pas. La déception qu’on peut avoir cette saison, c’est de descendre en ayant eu un tel leader. Seulement, il ne pouvait pas maintenir le club à lui tout seul. On ne s’attendait pas non plus aux résultats de Romain et de Marcos. »

 

Deux recrues pour la saison prochaine

 

Auteur d’une très belle saison en 2015-2016 avec 50 % de victoires, Romain Lorentz n’a pas retrouvé la clé de la réussite cette année. Le Francilien a remporté seulement quatre matchs, concédant 17 défaites en parallèle. « On attendait plus, ses résultats nous ont clairement manqués. Sa saison a été mauvaise, pas seulement en club. J’espérais que le bronze au championnat de France allait le relancer, mais ça n’a pas été le cas. Il a été pros dans une spirale négative et a souvent joué contre des adversaires meilleurs que lui. » Quant à Marcos Madrid, il a terminé avec cinq victoires. Lui aussi « pouvait faire mieux », aux dires de son entraîneur, malgré quelques coups d’éclat. « Quand le jeu est lancé, il est capable de rivaliser contre presque n’importe qui. Son problème, ce sont les deux premiers coups. »

 

Après quatre ans de Pro A, le Caen TTC évoluera donc à l’étage inférieur la saison prochaine. Ce sera avec le but de « retrouver la Pro A très rapidement, en un an ou deux ». Mais si les Caennais quittent l’un des championnats les plus compétitifs d’Europe, avec celui d’Allemagne, ils ne s’attendent pas pour autant à une partie de plaisir en cran en-dessous. Le niveau s’annonce relevé, et le trio qui devra relever le challenge proposé sera moins fort que cette saison. Marcos Madrid en est le seul survivant. Le Mexicain sera accompagné du Polonais Jakub Kosowski, 34 ans, et d’un troisième joueur dont l’identité devrait être connue cette semaine. Le jeune Dorian Zheng sera remplaçant. « J’espère qu’il aura des opportunités de jouer, précise Xavier Renouvin. Ce ne sera probablement pas en début de saison, il devra se mettre dans le bain. » Après la découverte réussie de la N1, Dorian Zheng va devoir passer un cap supplémentaire.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr