Trail. « Je n’aurais jamais imaginé vivre ça… »

06 décembre 2017 Ecrit par  Mathieu Hue

Je suis Mathieu, membre des CaenRunners. J’ai commencé à courir début 2016, histoire de reprendre le sport, jamais je n’aurais imaginé vivre un week-end comme celui-là. Ce week-end j’ai participé à mon premier ultra-trail.

 

Le trail c’est de la course à pied en milieu naturel. On y retrouve ce que nous appelons le D+ (Dénivelé positif). 100 mètres de D+ équivalent à 1 Km de course sur le plat.

Pourquoi je fais ça ? Tout est parti de mon anniversaire cet été, mon pote Damien (ultra-traileur) m’a lancé le défi de faire le Menestrail. J’avais donc trois mois pour me préparer à courir 54km avec 200 de D+, moi qui n’ai jamais couru plus de 21 km (trois semi-marathons en 2017).

Ma préparation s’est effectuée à base de run avec les CaenRunners, de crossfit et des sorties trail avec les copains le weekend. Résultat : -5Kg.

 

Le Menestrail ?

C’est un évènement en Bretagne qui propose sur deux jours plusieurs courses de type trail.

Le samedi :

La Crapahute : 12Km 300D+ en semi nocturne

La Cambrousse : 33Km 1200D+ en nocturne

 

Le dimanche :

Le Menestrail : 22Km 800D+

Le Grand Menestrail : 54Km 200D+ (Le circuit regroupe Le Menestrail puis le circuit de la Cambrousse).

 

J’ai embarqué Christophe dans cette aventure. Pour lui aussi, ce sera sa première sur cette distance. Nous ferons la course ensemble.

 

Au total, nous sommes 13 coureurs des CaenRunners plus notre mascotte Jaya (le Berger Australien de mon pote Damien) à partir répartis sur les différentes courses ci-dessus.

 

Le samedi, je supporte les copains sur leurs épreuves, ça me met dans l’ambiance, et ça me motive pour y aller.

 

Le réveil à 4h30 pique un peu (3h de sommeil), je me regarde dans la glace… j’ai les yeux rouges, je lutte pour les garder ouverts malgré la douche, je me demande vraiment pourquoi je fais ça...

 

On est 4 à prendre le départ de cette course, on décolle à 5h30 du gite direction le site de départ.

 

Départ de la course à 6h20. 800 coureurs au départ, pas mal de bouchon sur les premiers km, mais c'est beau toutes ces lumières au loin. L’ambiance est bonne, j’échange et rigole avec plusieurs coureurs. D'habitude je mets 5 ou 6 km pour bien me sentir, là tout va bien.

 

 

11 km. Je ne sens pas très bien mes jambes, je relace les chaussures qui sont déjà remplies de boue et j’ai une douleur à la cheville, je prends le temps de manger un petit Babybel pour me requinquer.


15 km. On rigole avec mon Christophe pour savoir qui va faire la première gamelle et qui payera l'apéro. Il gagne haut la main d'un sublime Superman, pas de casse heureusement mais un fou rire pour moi pendant 3km...

 

22 km. Premier ravito et fin de la premier boucle des 22k, on retrouve les amis qui nous attendent. J’en profite pour faire un topo du parcours aux copains (Ana, Thomas, Clément et Kate) qui vont bientôt partir sur le 22k. Physiquement, tout va bien pour moi, le mental est au top, j'ai la banane.

 

 

22K/34 km. Changement de décor, juste après le ravito on nous met les pieds dans l'eau glacée et Christophe y laisse un bout de cheville, le terrain devient dégueulasse je pense aux copains (Eva, Jimmy et Paul) qui ont labouré terrain la veille.

 

34 km. Ravito, on retrouve les copains, toujours la banane, on prend le temps de se restaurer, Jaya en profite pour me chiper un Tuc que je tenais visiblement trop près d’elle, elle est trop mignonne. Je sens que Christophe commence à accuser le coup, la fatigue plus la cheville douloureuse ne l'aide pas. Je le laisse repartir avant moi du ravito, il nous reste 1h20 pour passer la barrière horaire du 44k dans les temps. Je repars j'ai du mental pour deux de toute façon, on va y arriver.

 

34K/44 km. Je pensais que l'on avait déjà passé le plus dur... Je rejoins mon acolyte, il nous reste 8k à faire en 1h05. Christophe commence à sentir des crampes venir... Il me dit d'y aller, je l'attendrai au ravito, et moi je tente le coup, j'accélère et double un max de monde sur cette portion en prenant beaucoup de risques, deux chutes et quelques câlins avec les arbres, j'arrive au ravito 10 min après la barrière horaire. Je pense que c'est fini pour nous...

 

44 km. J'arrive seul au ravito, nos supporters sont surpris de me voir arriver seul, je les rassure. Finalement pas de barrière horaire, on va pouvoir terminer...mais moi je me suis cramé sur les 8 derniers km. Je reste au chaud en attendant Christophe qui arrive à ma grande surprise seulement 12 min après. Je suis super content et le félicite.

 

44K/54 km. On repart ensemble pour boucler ce putain de trail boueux... mais là, plus d'énergie, mes jambes ne répondent pas, Christophe se tape des crampes à la cuisse, on est au fond. Alors on marche mais c'est long, on n’avance pas. On court 200m puis on marche et ainsi de suite. Christophe me bluffe il arrive à courir malgré ses douleurs, moi non, mes jambes ne m'écoutent plus, il prend de l'avance. Au bout d'un moment la connexion cerveau jambe se rétablit. Sauvé, je cours... On se rejoint et on sent le finish arriver, on repasse à l’endroit où Christophe a perdu sa cheville au 22ème km, et on rentre dans la ville, on en chie mais on est contents, un dernier bourbier à passer. J'entends au loin les copains qui nous attendent, j'hurle et les appelle pour signaler notre présence.

 

 

Et là, ils hurlent, nous encouragent, c'est énorme, on va enfin terminer. Je suis super content, avec l'émotion je manque de m'étaler dans une marre de boue, j'éclate de rire. Arrivé en haut, je tape dans les mains de nos supporters, ils ont été formidables tout le long. Christophe sort du bourbier (avec ses deux chaussures cette fois ci). Il nous reste un tour de stade, finie la boue. L'ami Flo, finisher lui aussi du 54K nous accompagne, il nous raconte sa course pendant que l'on finit la nôtre. On entend au loin nos supporters. J'ai le smile, j'aperçois mon pote Damien (lui aussi finisher du 54K) qui s'est échappé de la salle de massage en slibard pour nous encourager sur la dernière ligne droite. Je suis mort de rire. On passe la ligne sous la hola de nos supporters. Le pied...

 

Finisher en 8h43. On se fait un gros câlin avec mon Christophe, on l’a fait !

 

 

On commence ensemble, on termine ensemble !

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr