Running. Les Caen Runners, centenaires heureux

29 novembre 2017 Ecrit par 

Hier, mardi 28 novembre, les Caen Runners fêtaient un anniversaire un peu particulier : leur 100ème sortie commune. Créée il y a près de deux ans, l’association connaît un succès qui ne se dément pas. Son leitmotiv ? La course à pied… avec le sourire.

 

C’est une activité dont les adeptes sont toujours plus nombreux. La course à pied séduit désormais plus qu’elle rebute, et les Caen Runners surfent sur la vague de son succès. L’association a vu le jour en janvier 2016 dans le sillage d’un adepte de la course à pied, Nicolas Chevalier. Très présent sur les réseaux sociaux, ce Caennais a eu l’idée de réunir les runners dont les échanges se faisaient jusque alors par écrans interposés. Quatre sportifs se sont d’abord retrouvés, désireux de rompre avec la solitude de leurs sorties respectives. De ce point de départ – « un petit groupe qui voulait rencontrer d’autres runners », explique simplement Thomas Alexandre, vice-président en charge du pôle performance – a succédé un cheminement aussi rapide qu’efficace.

 

Un créneau différent d’un club classique

 

Courir ensemble, quelque soit le niveau de performance et les attentes personnelles, mais avec le même désir de convivialité : voilà ce qui anime les Caen Runners. « On est sur du run loisir, précise Mathieu Hue, responsable avec Alexis Debled du pôle sportif loisir. Notre force a été de proposer un rendez-vous régulier tous les mardis. On l’appelle le "run blabla". » Presque victime de son succès, l’association a été poussée à scinder le groupe en deux pour réduire la taille du peloton et préserver un état d’esprit porté au rang des priorités. C’est par l’ambiance qu’elle promeut que l’association entend se distinguer d’autres structures, à commencer par les clubs classiques avec qui elle collabore toutefois sur plusieurs événements. « Fonctionner comme n’importe quel club, on n’y voit pas d‘intérêt. On n’est pas sur le même créneau », martèlent les responsables de l’association.

 

Les Caen Runners s’emploient à « proposer de la diversité » aux quatre-vingts adhérents, que ce soit dans les parcours proposés – les membres votent la veille parmi les quatre circuits soumis par Monsieur GPS – ou les buts de chacun. « Certains courent pour leur bien-être, d’autres pour préparer une course, d’autres pour autre chose encore. Mais l’effet de groupe tire tout le monde vers le haut. C’est toujours plus facile de s’entraîner ensemble. Cela permet aussi de sortir de sa zone de confort. » Il y a deux ans, Thomas Alexandre se limitait à des footings de 8 kilomètres, sans forcer. Il court désormais le semi-marathon en 1h24. Son camarade Mathieu Hue, qui avoue ne pas être un grand fada de course à pied à l’origine ni un compétiteur dans l’âme, s’est lui aussi découvert capable de boucler cette distance. « L’effet de groupe donne une autre approche du running. Personne n’est bridé. Chacun a ses objectifs, mais on s’y retrouve tous. »

 

Un nouveau rendez-vous le samedi matin

 

Que ce soit le mardi relativement tranquillement, même si « on aime bien se chatouiller en fin de run », ou le jeudi pour des séances plus poussées, puisqu’il s’agit essentiellement de fractionnés, les Caen Runners tiennent à la notion de communauté. « J’ai couru avec 150 ou 200 personnes depuis le début, souligne Thomas Alexandre. Cela ouvre à de nouvelles personnes de tout horizon et de tout milieu. La moyenne d’âge avoisine les 27 ou 28 ans, mais la tranche va en gros de 20 ans à 50 ans. » Ce groupe varié, composé quasiment pour moitié de femmes, est encadré par des coachs nommés en interne. Ces derniers ont notamment pour but de préparer les différentes courses auxquelles participent régulièrement les Caen Runners. Barcelone, Munich ou Paris ont ainsi accueilli des représentants caennais. « Il y a aussi des adeptes du triathlon et du trail. »

 

Ces runners connectés, qu’on retrouve sous le hashtag #caenrunners sur les réseaux sociaux, forment une communauté où le « désir d’appartenance » est réel. Peut-être trop, jugent même certains. « Le but n’est pas de ressembler à une secte, souligne Thomas Alexandre. On pourrait vite se retrouver à 100 ou 200 personnes, mais ce n’est pas non plus l’objectif. On veut rester convivial, faire en sorte que tout le monde se connaisse et s’implique dans la vie de groupe. » Les Caen Runners entendent grandir progressivement. « On veut maîtriser le flux des arrivants pour les imprégner de l’ambiance. » Pour attirer de nouveaux runners, l’association a ouvert un créneau le samedi matin. Les débutants y sont les bienvenus. « Il y a une demande en ce sens. On propose à ces personnes-là des entraînements sur six semaines. » L’idée de progression n’est jamais loin dans la logique Caen Runners. Mais en toile de fond, la convivialité reste le leitmotiv incontournable. Et l’apéro du premier vendredi du mois n’est pas le moindre des rendez-vous communautaires.

 

 

Ø  La page Facebook des Caen Runners

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr