Maëva Danois, le monde comme nouvel horizon

31 juillet 2017 Ecrit par 

Nettement dominatrice du 3000 mètres steeple sur la scène nationale, comme sa récente victoire au championnat de France l’a confirmé, Maëva Danois s’attaque à la scène mondiale. L’Hérouvillaise, vice-championne d’Europe espoir en 2015, s’est qualifiée pour les championnats du monde à Londres. Elle sera en piste le 9 août pour une place en finale.

 

 

l y a des semaines, comme ça, où tout vous réussit. Pour Maëva Danois, ces sept jours dorés ont duré du 11 juillet au 18 juillet. Le 11, l’athlète de l’Entente Athlétique Mondeville Hérouville réalisait sa meilleure performance de la saison à Goteborg. Ses 9’41"19 étaient en-dessous des 9’40" requis par la fédération internationale pour participer aux championnats du monde de Londres. Ils restaient en revanche en-deçà des exigences extrêmement relevées de la fédération française, qui avait placé le curseur à 9’32. Le 14 juillet, Maëva Danois devenait championne de France senior du 3000 mètres steeple pour la première fois de sa carrière en survolant les débats. Cocorico ! Deux jours plus tard, elle obtenait le bronze sur le 1500 mètres. « J’avais abordé cette semaine en mode défi, dans la mesure où j’enchaînais trois grosses courses. C’était un gros pari, et ça s’est super bien passé. J’ai un nouveau statut, je dois l’assumer. »

 

Maëva Danois l’a si bien assumé qu’elle en a été récompensée quelques jours plus tard. Le 18 juillet, la première sélection pour les championnats du monde tombait. Le nom de l’Hérouvillaise y apparaissait, la FFA ayant décidé d’harmoniser ses standards de sélection avec ceux de l’IAAF (la fédération internationale). Les deux premiers des championnats de France étaient qualifiés dès lors qu'ils avaient atteint les minima internationaux. Banco. « C'était une grande surprise parce que les minima français étaient tellement compliqués que si je me qualifiais, ce n'était que du bonus. C'était un bonheur ! » Un bonheur que Maëva Danois a appris dans le train, en consultant le site de la fédération. « Ca a été monstrueux », sourit-elle. Elle est la seule française en demi-fond à avoir validé son billet pour Londres.

 

« Maëva n'a pas encore fait le chrono qu'elle devrait faire »

 

Si l'athlète de l'INSEP savoure, elle n'en reste pas moins mesurée et lucide. L'enthousiasme est toujours là, mais l'expérience accumulée depuis le titre de championne de France espoir obtenu en 2014 le teinte d'une maturité nouvelle. « J'ai énormément gagné dans ce domaine. Et c'est important. » Le discours s'en ressent. « Ce qui m'arrive paraît énorme, mais je travaille pour ça. Je m'entraîne énormément et je fais énormément de sacrifices. Il y a une récompense au bout. J'ai encore des paliers à passer, je dois garder les pieds sur terre. Mais je profite de chaque moment et j'agis toujours par plaisir. Cela reste la notion essentielle. » Vainqueur des Jeux Méditerranéens espoirs en 2014, vice-championne d'Europe espoir l'année d'après, qualifiée pour les championnats d'Europe seniors en 2016 et sélectionnée pour les championnats d'Europe par équipe au début de l'été 2017, Maëva Danois continue de franchir les marches une par une. Et elle n'a pas l'intention de se contenter de participer. « Je ne veux plus être spectatrice de mes courses, prévient-elle. Je ne me laisserai pas perturber. Je connais déjà la plupart des filles pour les avoir rencontrées en Diamond League. Je sais qu'il y en aura qui ont un niveau proche du mien. Le but est de les laisser derrière. J'irai jusqu'au bout quoi qu'il arrive. »

 

Le bout pourrait bien être un nouveau record personnel, en 9'40"89 depuis deux ans, et même une place en finale. « Battre son record serait déjà très bien, estime l'entraîneur de Maëva Danois, Adrien Taouji. Si elle peut rentrer en finale, on ne se privera pas ! Maëva est très en forme. Elle n'a pas encore fait le chrono qu'elle doit faire. La régularité de ses performances fait qu'elle peut tenir encore un mois à haut niveau. » Une aubaine pour celui qui est pour beaucoup dans l'évolution de Maëva Danois depuis 2014 et le début du duo. « Cela nous permet de travailler des choses qu'on n'avait pas eu le temps de travailler auparavant », précise-t-il. Les premiers championnats du monde qui suivront auront un petit ait de bonus. Ils ressemblent aussi à « une étape supplémentaire de franchie ». Maëva Danois est la première athlète caennaise à participer à cette compétition sur un plan individuel depuis 1999 et Jean-Laurent Heusse sur 400 mètres haies. À 24 ans, elle ne fait peut-être que commencer...

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr