Le Volley Club d'Hérouville vise l'exploit !

Quel regard porter sur le début de saison du Volley Club d’Hérouville ? L’équipe est actuellement troisième de sa poule de N3 et peut, en cas de victoire dimanche, s’approcher tout près de la deuxième place, synonyme de montée. Après la déception vécue la semaine passée chez le leader, Boulogne, où il n’ont pris qu’un set mais auraient pu repartir avec au moins un point, les voici donc face à un nouveau défi ce dimanche. Car Hérouville accueille l’autre grosse équipe du championnat, Maromme. L’issue de cette partie pourrait conditionner la suite de leur saison.

 

Auteurs d’un début de saison tout à fait correct, les joueurs du Volley Club d’Hérouville sont dans les clous pour remplir le seul objectif clairement annoncé dès le début de saison : jouer le haut de tableau. Après le départ de leur entraîneur, Morgan Poutrain, en milieu de saison dernière, puis celui de son remplaçant, Gilles Auzou, pour Quimper, l’équipe fanion du club d’Hérouville se retrouvait de nouveau sans coach. Benjamin Meuriot et Bastien Barraquet tous deux joueurs, s’y sont donc collés. Le premier, qui est éducateur sportif à Carpiquet témoigne : « ça s’est décidé tard. Pour moi, aller à Hérouville était un loisir, un plaisir. Mais j’étais le seul à avoir les diplômes. C’est un peu compliqué et ça nous apporte beaucoup de travail supplémentaire », note-t-il, mais ce système semble fonctionner pour le moment ! Car après six matchs de championnat, Hérouville a un bilan de quatre victoires pour deux défaites, contre Vésinet puis face à Boulogne, dernièrement. « Les quatre victoires sont logiques. Il s’agissait d’équipes plus faibles que nous. On était mieux installés et mieux armés qu’eux. À Vésinet, on ne fait pas un bon match ». Benjamin Meuriot regrette certainement cette défaite en cinq manches perdue 16-14 dans le dernier set. Mais il garde surtout en mémoire ce dernier match à Boulogne, perdu après quatre manches serrées, un très bon niveau de jeu…et quelques décisions arbitrales discutables : « dans le deuxième et le quatrième set, on est à chaque fois devant et on les perd de justesse. On se fait enfler des points à l’arbitrage, c’est lamentable. Même l’arbitre l’a avoué à la fin du match. Il y a eu des aberrations. Mais c’est toujours ça à l’extérieur. Nos adversaires ressentent peut-être la même chose quand ils viennent chez nous ! »

 

C’est également le parcours de l’équipe en Coupe de France qui satisfait grandement l’entraîneur-joueur. Trois tours déjà passés avec en prime quelques retournements de situations épiques qui ont certainement contribués à la bonne dynamique du groupe. En témoignent le premier match contre Coutances gagné en 5 sets ou le deuxième, arraché à Nantes après avoir été mené deux sets à zéro. Et que dire du troisième tour remporté face à Villejuif, là encore, après avoir laissé deux manches en route ? « C’est une belle petite histoire » que sont en train de se créer là les joueurs d’Hérouville qui défieront de nouveau Boulogne en 1/16èmes de finale, le 14 février prochain dans leur gymnase. « Il y aura quelques gars de la N3 et beaucoup de la N2. C’est très, très fort », souligne le passeur au sujet de ses futurs adversaires franciliens. Benjamin se verrait bien passer un tour de plus et vivre un 1/8ème de finale face à une grosse cylindrée.

 

Mais un autre gros match attend les volleyeurs d’Hérouville ce dimanche. Devant leur public, ils tenteront de faire plier l’équipe haut normande de Maromme. Six matchs joué et six matchs gagnés sans perdre un seul set pour le moment. Seuls les joueurs de l’Agglo Sud 76 sont parvenus à inscrire plus de 20 points durant un set... Mais Hérouville veut croire en l’exploit ! Car il s’agirait bien de cela si les locaux parvenaient à l’emporter ce dimanche. « On ne part pas favoris », explique Benjamin, « ils ont deux ou trois aspirants pros, des anciens pros…il va falloir qu’on tienne sur les réceptions car ils vont servir très fort. On ne devra rien lâcher ! », ajoute le passeur.

 

Côté hérouvillais, on n’est pas sans atouts, bien entendu ! Cette équipe, c’est d’abord une invincibilité de plus de deux ans sur son terrain…des repères et un mental d’acier à domicile. La suite vous est contée par Benjamin Meuriot: « notre point fort est qu’on a un groupe qui se connaît depuis longtemps. On est solidaires dans l’effort, on s’entend bien. On a de grandes qualités athlétiques, des joueurs puissants, grands, hauts même si ce n’est pas toujours bon techniquement ». Le passeur hérouvillais compte donc là-dessus pour battre Maromme dont les joueurs « ne s’entendent pas toujours aussi bien sur le terrain ».

 

Gagner ce dimanche pourrait entrouvrir une porte : celle de la montée. S’il n’en était pas question en début de saison, elle trotte peut-être dans certaines têtes, désormais. Boulogne, le leader, a déjà une équipe en N2 et ne peut donc pas monter. Terminer deuxième de la poule suffirait donc pour accéder au niveau supérieur. « Tout est encore possible », lance le passeur d’Hérouville avant d’ajouter : « mais ce sera compliqué. Il faut tenir le rythme toute la saison, battre deux fois Maromme, gagner tous les matchs et ne pas faire de faux pas…mais on n’affiche pas cela comme un réel objectif. Seule l’invincibilité à domicile nous tient à cœur ».

 

Tout est possible, donc et s’il n’est pas question de tirer de plans sur la comète pour le moment, une chose est sûre : le match de dimanche, à 15h, au gymnase Huet, est à ne pas manquer !

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr