Basket. Une victoire « à la mondevillaise » qui rassure

03 décembre 2017 Ecrit par 

Mondeville sortait d'une série de six défaites consécutives au moment d'accueillir Basket Landes, vainqueur six fois en huit journées. Les voyants n'étaient pas au vert, et pourtant l'USOM s'est imposée 55-51, samedi soir. Une victoire avec le cœur qui fait le plus grand bien.

 

La Halle Bérégovoy vibre encore. Hier soir, elle a même rugi de plaisir. À voir leur réaction enthousiaste, les joueuses mondevillaises n'ont pas non plus boudé la joie de renouer avec le succès. Les plus belles heures de la saison dernière ont resurgi face à une équipe de Basket Landes que Mondeville aime toujours autant. « Mondeville, c'est un peu notre chat noir », observe Céline Dumerc. Samedi soir, les Normandes ont prolongé la série entamée la saison dernière quand elles avaient battu les Landaises à quatre reprises. Une petite revanche sur le passé et les premières années de Romain L'Hermitte à l'USOM. « Basket Landes m'a tellement martyrisé pendant trois ans, sourit l'entraîneur mondevillais. Je me rappelle être allé là-bas avec beaucoup d'engouement et connaître des retours compliqués ! » C'est désormais Cathy Melain, la coach landaise, qui peut témoigner de ce genre de désillusion.

 

 

BL, qui avait inscrit plus de 80 points la semaine d'avant contre Charleville, n'a jamais trouvé la solution face à des Mondevillaises particulièrement appliquées. Les visiteuses ont pourtant dominé la première mi-temps, comptant même le plus gros écart de la rencontre après quelques minutes de jeu (6-16). Mais leurs adversaires n'ont jamais laissé le moindre incendie se propager. Mondeville a parfaitement géré ses temps faibles, au contraire de ses précédentes sorties, et a su développer son plan de jeu avec un certain talent. « Ce qui a vraiment fait la différence, c'est qu'on réussi à jouer dans notre collectif, analyse Romain L'Hermitte. Chaque joueuse a apporté ce qu'elle sait faire. On a fait une défense de fer. On a été cherché au forceps ce match, il faut être honnête. Ce n'était pas un match hyper-spectaculaire avec un collectif qui déroule. Par contre, on a vu de l'intensité, de la dureté et une équipe qui voulait absolument gagner. »

 

Un match fidèle aux valeurs de Mondeville

 

Jamais très loin en première mi-temps (26-32 à la pause), Mondeville a passé la vitesse supérieure au retour des vestiaires. C'est dans le troisième quart-temps que le match a basculé, en particulier au cours des cinq minutes qui ont suivi le retour des vestiaires. « On a très, très mal entamé le troisième quart, regrette Céline Dumerc. On les a laissées revenir et passer devant. On a perdu de la confiance et on leur en a donné. On n'a jamais réussi à rebasculer du bon côté, alors qu'on tenait le match en première mi-temps. » La défense mondevillaise s'est révélée intraitable dans les deux derniers quarts. Cinq points encaissés en troisième période, quatorze ensuite : difficile de faire beaucoup mieux. Les Mondevillaises, bien que toujours privées d'une meneuse d'expérience (Ewl Guennoc a joué 26 minutes, relayée par Axelle Bundgaard), ont également affiché une certaine assurance. « On a maîtrisé parce qu'on n'a pas dribblé, on a surtout essayé de jouer en passes. De ce fait, il était difficile pour Basket Landes de mettre de l'agressivité sur les postes extérieurs. On a mis des systèmes en place pour faire évoluer les Kim (Gaucher), Romana (Hejdova) et Stéphanie (Talbot). Elles ont pris leurs responsabilités. »

 

 

Pour Mondeville, la satisfaction est double. La victoire s'accompagne d'une « vraie grande fierté ». « C'est génial de gagner comme ça. Ça n'a pas de prix. Tout le monde doit être fier, les dirigeants, le club. On a parlé des valeurs qui faisaient Mondeville, et ce match, c'est ça. On n'a pas le joker médical, comme on ne virera jamais une fille. On fait confiance à nos joueuses. Quand il y a une blessée, on fait confiance à des jeunes. C'est difficile, mais c'est ça aussi qui fait la beauté du projet qu'on a. On est dans le bas de classement, mais il faut s'accrocher, il faut se battre tout le temps et prendre exemple sur les Romana, les Kim. Aujourd'hui, on gagne vraiment à la mondevillaise, comme souvent l'année dernière et les années précédentes. » Mondeville a le droit de savourer cette réussite, qui est loin de constituer une finalité du haut de la dixième place occupée, mais qui met du baume au cœur. Les Mondevillaises aborderont plus légères la réception de Lyon et de Sandrine Gruda samedi prochain en Coupe de France.

 

 

Céline Dumerc : « Un clin d'oeil qui fait sourire »

Le duel de meneuses opposait Céline Dumerc à Ewl Guennoc, samedi soir. Âgée de 35 ans, l'ex-capitaine de l'équipe de France a 19 ans de plus que la toute jeune mondevillaise. Quand elle débutait en Ligue féminine, Ewl Guennoc, 16 ans, n'était pas encore née. « J'ai vu ça, sourit-elle quand on l'interroge à ce sujet. C'est dans la logique des choses. Ce sont des clins d'oeil qui me font beaucoup sourire. J'ai la chance d'avoir des coachs qui ont été basketteuses et qui sont bien plus vieilles que moi, donc je les chambre encore plus (sourire). C'est chouette. Le fait de fouler les parquets de Ligue féminine si tôt, c'est super. Je lui souhaite une longue carrière. »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr