Basket. Mondeville doit montrer les crocs

20 novembre 2017 Ecrit par 

Basket. Mondeville 58 – 78 Villeneuve d’Ascq, 7ème journée de Ligue féminine. Coulé en première mi-temps, Mondeville a relevé la tête dans les vingt dernières minutes pour éviter le naufrage total dimanche après-midi. Romain L’Hermitte exhorte ses joueuses à plus d’agressivité.

 

« Trois joueuses de Villeneuve, c’est notre budget à nous… » Romain L’Hermitte a beau connaître de longue date la réalité mondevillaise, et s’en accommoder de bonne grâce avec sa fibre de formateur, il y avait un peu de dépit dans le constat qu’il formulait quelques minutes après la défaite concédée devant l’ESBVA. « Laetitia Kamba jouerait 40 minutes chez nous, là elle est au fond du banc », remarquait encore le coach mondevillais.

 

« On veut trop bien faire »

 

L’USOM doit faire avec ses moyens, mais la cinquième défaite consécutive subie devant Villeneuve d’Ascq a rappelé que ces mêmes moyens devaient être exploités à leur paroxysme pour espérer sortir de l’actuelle spirale négative. En première mi-temps, c’est peu dire que les Mondevillaises ont sous-exploité leurs capacités face à des Nordistes sûres de leurs forces. 15-23 dans le premier quart-temps et, surtout, 4-19 dans le second. Entre pertes de balle à foison et maladresse majeure, Mondeville a totalement déjoué pendant ces dix minutes. Derrière, le match était plié. Les Normandes, emmenées par la surprenante Ewl Guennoc, ont seulement réussi à limiter la casse en deuxième mi-temps. Elles l’ont d’ailleurs bien fait, au point de remporter les deux derniers quarts 19-18 et 20-18. « On perd de 35 points à Charleville alors qu’on fait un vrai match de basket. Aujourd’hui (hier), il n’y a que 20 points parce que l’écart est fait rapidement », admet Romain L’Hermitte. L’ESBVA a pu gérer très sereinement l’avantage pris avant de rentrer au vestiaire.

 

Le match, Mondeville l’a perdu en première mi-temps. Trop jeune, trop tendre. « On est vraiment très, très jeune. On veut bien faire, mais à force de bien faire, on ne joue pas forcément. C’est ça le problème. Du coup, on démarre mal le match, on ne leur rentre pas dedans. Elles, elles mettent les mains partout, elles sont tout le temps à la limite de la faute. Nous, on dit "on ne peut pas jouer, elles font des fautes et ça ne siffle pas, on n’a pas de meneuse…". Qu’est-ce qu’il faut qu’on fasse alors ? On arrête ou on se bat ? Si on se bat, on gagnera des matchs et on en perdra. Mais c’est l’attitude qu’il faut qu’on ait. Il faut qu’on se donne la chance de pouvoir en gagner. Aujourd’hui, on ne se donne pas cette chance. On est trop propre, on est trop scolaire. » La succession de mauvais résultats, pourtant pas illogiques au regard de l’adversité rencontrée (seule la défaite au Hainaut aurait pu être évitée, mais Mondeville avait aussi perdu là-bas la saison dernière), a entamé sérieusement la confiance des troupes.

 

Ewl Guennoc, la bonne surprise

 

Le manque de confiance, c’est ce que pointe l’entraîneur mondevillais. « Cette année, on n’a pas KB Sharp ou Marième Badiane pour rassurer tout le monde. On manque de dureté et de confiance en soi. Au niveau basket, on n’a rien à envier aux adversaires. Il faut juste qu’on ait confiance. » Romain L’Hermitte en appelle également à plus d’agressivité et de caractère. La jeunesse mondevillaise serait trop bien élevée. « Il ne faut pas se laisser faire. Il faut parfois sortir les coudes. » Le vice va souvent de pair avec l’expérience. Et cette expérience, seules Kim Gaucher et Romana Hejdova l’ont. Même Stéphanie Talbot, toute auréolée de son statut de joueuse WNBA soit-elle, est encore très jeune. Myriam Djekoundadé, Katia Mosengo-Masa, Heleen Nauwelaers et Ana Tadic ont moins de 21 ans. Quant à Ewl Guennoc, elle n’a que 17 ans. Cela ne l’a pas empêchée de passer 30 minutes sur le parquet hier, pour dix points et trois passes décisives. La prestation de la meneuse espoir est la grande satisfaction de l’après-midi. « Ewl va rentrer dans notre rotation, indique Romain L’Hermitte. Dessislava Anguelova (coach du centre de formation, ndlr) ne va pas être très contente, mais c’est comme ça (rires). C’est comme ça que ça marche à Mondeville. Il faut lancer les jeunes à un moment donné. Quand Lisa (Berkani) aura Ewl en rotation, ça va tout changer. Ça va permettre à nos joueuses plus expérimentées de moins se cramer. » À Mondeville peut-être plus qu’ailleurs, les épreuves font grandir plus vite.

 

 

Mondeville : Hejdova 14, Talbot 13, Mosengo-Masa 4, Nauwelaers, Gaucher 11, Tadic 2, Djekoundadé 4, Saint-Juste, Robin, Guennoc 10.

 

 

Villeneuve d’Ascq : Brémont 6, Sy Diop 10, Leedham 7, Amant 5, Gomis 17, Vérin 2, Akonga 14, Kamba 5, Jovanovic 10, Konaté 2. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr