Basket. Première sortie à domicile pour Mondeville

04 octobre 2017 Ecrit par 

Basket. Mondeville – Lyon, 2ème journée de Ligue féminine (ce soir, 20h00). Quatre jours après sa victoire contre La Roche-sur-Yon en ouverture du championnat, l’USO Mondeville a rendez-vous avec son public, ce soir ! Les Mondevillaises vont défier l’un des favoris de la saison en Ligue féminine, le Lyon ASVEL Basket new look.

 

Sauvé de la relégation quasiment à la dernière seconde la saison dernière, Lyon n’a plus rien à voir avec cette fébrile équipe qui ne s’appelait pas encore Lyon ASVEL Féminin. D’ailleurs, seules quatre joueuses – dont deux jeunes formées au club – ont prolongé leur bail dans le Rhône à l’issue de la saison dernière. Contre Tarbes, à l’Open LFB, les cinq titulaires étaient nouvelles. Parmi elles figuraient trois anciennes mondevillaises, Marième Badiane, tout droit issue des rangs de l’USOM, et l’expérimenté duo d’ex-Berruyères Ingrid Tanqueray et Paoline Salagnac.

 

Lyon a changé de catégorie

 

Lyon s’est également attiré les services de l’intérieure américaine Haley Peters (9 points et 5 rebonds contre Tarbes) et de l’ailière australienne Rebecca Allen (13 points et 6 rebonds contre Tarbes). Toutes sont arrivées sur le tard pour boucler leur saison en WNBA. Ajoutez à cela la resignature de la très athlétique Djéné Diawara au poste et le recrutement de la très prometteuse belge Julie Allemand, et vous aurez un aperçu de la valeur de cette formation lyonnaise... À sa tête figure Valéry Demory, parti de Montpellier avec sept titres en poche.

 

Si Lyon a changé brutalement de catégorie, c’est parce que Tony Parker est passé par là. La star du basket français a racheté le club et lui a donné une nouvelle impulsion. Il a en outre été rejoint par Nicolas Batum, devenu directeur des opérations basket. Avec un budget de deux millions d’euros, le Lyon ASVEL Basket s’installe comme un des gros morceaux de Ligue féminine. Et si Marième Badiane assure que sa formation a bien l’intention d’avancer « step by step », ce qui lui vaut de viser d’abord une qualification européenne, le club rhodanien se sait attendu au tournant.  

 

« J’ai déjà gonflé les temps de jeu »

 

Mondeville doit faire face à de toutes autres réalités économiques, ce qui impose une approche sportive adaptée en conséquence. La grisaille de la préparation, rendue extrêmement compliquée par les blessures, a toutefois laissé passer de beaux rayons de soleil samedi dernier à Paris. Après avoir perdu la totalité de ses matchs amicaux, l’USOM s’est imposée de dix points contre La Roche-sur-Yon (62-72). Les Normandes ont séduit dans l’ensemble, dans le sillage d’une impressionnante Stéphanie Talbot (30 points). Mais elles ont aussi montré des lacunes, contre un adversaire pourtant promu et pas encore au point. « On s'est fait peur », reconnaissait Lisa Berkani après la rencontre.

 

 

Romain L’Hermitte avait toutefois un regret après cette première sortie. « J'aurais voulu faire tourner un peu plus, j'ai déjà gonflé les temps de jeu. La préparation a tellement été difficile que ce n'est pas simple à coacher. » Les Mondevillaises vont devoir courber l’échine. Après Lyon ce soir, elles recevront Bourges samedi. Deux gros morceaux à aborder sans pression. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr