Basket. Avec Talbot, ça change tout !

02 octobre 2017 Ecrit par 

Alors que l’USO Mondeville abordait en manque de repères une nouvelle saison de Ligue féminine, samedi après-midi, sa victoire sur La Roche Vendée a quelque peu rassuré. Les Mondevillaises savent un peu mieux où elles vont, même si les Yonnaises ont longtemps livré une opposition décevante.

 

Romain L’Hermitte l’assure, Mondeville n’a pas « bluffé ». À Paris, samedi après-midi, certains en doutaient après avoir vu Katia Mosengo-Masa prête au combat, d’abord sur le banc, puis sur le terrain (6 points, 4 rebonds, 2 contres). « On a un staff médical compétent, rappelle Romain L’Hermitte. [Le docteur] Franck Poisson nous a dit qu'elle et Heleen (Nauwelaers) pouvaient jouer. On l’a écouté. » Les images de la violente chute subie par l’intérieure il y a une semaine contre Nice laissaient imaginer un tout autre scénario. Mais après une préparation chaotique, il était écrit que la roue allait tourner. La bonne surprise Katia Mosengo-Masa, qu’on pensait victime d’une rupture des ligaments croisés du genou, n’en est qu’une illustration.

 

Les Mondevillaises auraient-elles bien caché leur jeu au long de cette pré-saison aux 100 % de défaites ? On ferait fausse route si on le pensait. Mondeville a surtout connu six semaines perturbées par les blessures et les absences. Pas un match amical n’a ainsi été disputé avec la recrue phare de l’été, Stéphanie Talbot. « La préparation a été très difficile, rappelle Romain L’Hermitte. On a enchaîné les mauvaises nouvelles. Notre préparation commence toujours avec les jeunes. C’est ça que les gens de l’extérieur ont du mal à concevoir, parce qu’on perd contre des équipes de Nationale 1 et de Ligue 2. Mais ça permet aux jeunes de progresser. »

 

 

« Talbot sera parmi les meilleures étrangères de la saison », l’entraîneur de La Roche Vendée

 

La formation est forcément accélérée, mais en attendant, les joueurs d’expérience font l’essentiel du travail. Les cinq scoreuses du match contre La Roche-sur-Yon sont les cinq joueuses amenées à composer l’équipe-type de Mondeville. Les deux recrues qui figurent parmi elles n’ont pas seulement répondu aux attentes, elles ont dépassé les espérances. Romana Hejdova, impressionnante de combativité, a inscrit 18 points en plus de se battre comme une morte de faim sur chaque ballon. Ses cinq interceptions ne sont pas un hasard. La Tchèque aime manifestement ce registre de guerrière qui sied aussi à Kim Gaucher (16 rebonds d’après les statistiques !). D’ailleurs, les deux arrières/ailières ont plus d’une fois échangé des sourires complices sur le parquet.

 

Quant à Stéphanie Talbot, c’est encore à une autre catégorie qu’elle appartient. Demi-finaliste du championnat de WNBA, elle a confirmé le statut d’excellence qui la précédait en inscrivant 30 points à 13/16 au tir. « Elle fait un gros match, confirme Romain L’Hermitte. On savait qu'on entamait ce match de manière favorable avec elle parce qu’elle est très agressive, elle va vite et elle shoote. » Stéphanie Talbot a montré un joli panel de ce dont elle était capable, notamment dans sa capacité à marquer quasiment en toute position. « Elle nous fait gagner le match », estime Lisa Berkani, qui pourrait bien se faire plaisir à la passe avec une telle finisseuse. Dans le camp yonnais, Johanna Tayeau reconnaît que l’Australienne « nous a fait très mal ». Un avis partagé par son coach Emmanuel Body, pour qui la jeune femme « va figurer parmi les meilleures étrangères de la saison, c’est sûr ». Mais le technicien regrette que son équipe l’ait « laissée jouer ». « Il aurait fallu mettre plus de dureté », estime-t-il.  

 

 

« Très loin de ce qu’on voudrait » (R. L’Hermitte)

 

Ce sentiment ne se limite pas au seul rendement de Stéphanie Talbot. La Roche Vendée, pour ses grands débuts en Ligue féminine, est passée dans l’ensemble à côté de son match. Les Vendéennes se sont rebellées en deuxième mi-temps, réduisant l’écart de 22 points à cinq unités, mais elles avaient laissé trop de plumes dans cette remontée. « On rate des choses immanquables en première mi-temps et on n’est pas suffisamment dans le combat, peste Emmanuel Body. C’est frustrant parce qu’on aurait pu réagir plus vite. » Habituée de l’Open et de son contexte toujours un peu particulier, l’USOM n’a pas rencontré les mêmes difficultés. Son jeu collectif s’est très rapidement mis en place, même si Romana Hejdova et Stéphanie Talbot se sont chargées à elles deux de mettre 100 % des points jusqu’à la 14ème minute. « En première partie de match, il n'y a pas eu de défense donc c'était plus facile pour Mondeville de dérouler son basket », observe la Yonnaise Johanna Tayeau, 16 points à son actif.

 

 

En dépit de la victoire finale, et des 39’53" passées en tête, Romain L’Hermitte dresse un bilan plutôt mesuré. « Ce qui est rassurant, c'est de gagner le match compte tenu du calendrier qui arrive. Dans le jeu, je nous trouve très loin de ce qu'on voudrait. On ne contrôle pas le match d'un bout à l'autre, à un moment on a un peu pété les plombs. On ne peut pas le faire, il faut qu'on soit sûr de nos forces. On savait que l'adversaire allait revenir, et c'est normal. Je m’attendais à leur passage en zone. On n’avait pas travaillé la zone, mais on n’a pas du tout appliqué les consignes demandées. » Mondeville s’est fait peur, comme l’admet Lisa Berkani, mais a su redresser la barre avant qu’il ne soit trop tard. Cette première victoire, contre un adversaire direct, est encourageante. « Ça ne va pas être la même messe mercredi », prévient Romain L’Hermitte. L’USOM accueillera alors la grosse équipe de Lyon, expéditive samedi face à Tarbes (74-45), avec un premier double double de Marième Badiane (15 points, 11 rebonds). Ça promet…

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr