Basket. Mondeville s'élance pour de bon

30 septembre 2017 Ecrit par 

Basket. La Roche-sur-Yon – Mondeville, 1ère journée de Ligue féminine (aujourd'hui, 13h00). Confronté à une pré-saison plutôt chaotique, entre blessures et succession ininterrompue de défaites, Mondeville peut accueillir avec un mélange d'anxiété et de soulagement le coup d'envoi de la saison.

 

Enfin les choses sérieuses ! Après six semaines d'une préparation rendue très compliquée par l'annonce de la retraite forcée de Loreen Kerboeuf, d'abord, puis les multiples blessures subies par les Mondevillaises (pied pour Lisa Berkani, cheville pour Kim Gaucher, genou pour Katia Mosengo-Masa et Heleen Nauwelaers néanmoins moins gravement touchées que craint dans un premier temps), l'équipe normande est de retour aux affaires. Il affrontera La Roche-sur-Yon cet après-midi dans le cadre de l'Open LFB organisé chaque année à Paris.

 

Cinquième de Ligue féminine la saison dernière, l'USOM est pourtant loin de se présenter avec l'étiquette "top 5" collée sur le front. Le printemps a été plutôt dévasteur, comme prévu voire un peu plus encore, pour Mondeville. En perdant tour à tour Marième Badiane, KB Sharp et Michelle Plouffe, avant le terrible coup dur qu'a vécu Loreen Kerboeuf, Romain L'Hermitte s'est vu privé de ses leaders de jeu et de vestiaire, dans le cas surtout de la Franco-Américaine. Lisa Berkani, qui était sous contrat, et Kim Gaucher, qui a rempilé pour trois ans, sont certes restées, mais les partantes ont laissé un vide.

 

Point de départ d'un nouveau cycle

 

Quatre recrues sont chargées de pallier à ces départs. Les très jeunes Myriam Djekoundade et Heleen Nauwelaers vont parfaire leur formation dans un club ô combien réputé à ce titre. Le potentiel ne fait pas de doute, mais la patience sera peut-être de mise à l'aube d'un nouveau cycle. Âgée de quelques années de plus, Stéphanie Talbot sera bien plus attendue de prime abord. L'internationale australienne – Mondeville a la particularité de n'avoir que des internationales seniors ou jeunes dans son effectif – débarque de WNBA et n'a qu'une semaine d'entraînement dans les jambes avec Mondeville. Mais sa valeur intrinsèque et son expérience du haut niveau devraient permettre de compenser le manque de repères collectifs. Enfin, Romana Hejdova est une habituée de la Ligue féminine et une vraie valeur sûre.

 

Les Mondevillaises n'ont pas le choix. Pour espérer lancer leur saison par une victoire, il leur faudra chacune hausser son niveau de jeu. La Roche-sur-Yon a beau être promue, elle a remporté ses deux matchs amicaux contre l'USOM et peut espérer profiter du contexte peu porteur côté calvadosien. En effectif réduit, Mondeville va devoir « se serrer les coudes », comme l'a souligné Romain L'Hermitte dans le supplément sport de Liberté. Les valeurs humaines démontrées la saison dernière, au rôle majeur dans l'exceptionnelle saison réalisée, seront plus précieuses que jamais. Mondeville n'a d'autre choix que de se battre avec ses armes.

 

Un cinq majeur qui ne manque pas d'allure

 

Au complet, son cinq majeur aura fière allure. Lisa Berkani a réalisé une saison 2016-2017 de très haut vol. L'équipe de France est en ligne de mire, ce n'est plus qu'une question de temps. La Tchèque Romana Hejdova tournait à plus de 12 points la saison dernière avec le Hainaut Basket. À l'aile, Kim Gaucher, nouvelle capitaine de l'effectif mondevillais, n'a plus besoin d'être présentée tant cette guerrière est la pièce maîtresse du groupe. Dans la raquette, au poste 4, Stephanie Talbot est le gros coup du mercato de l'USOM. La joueuse de Phoenix Mercury en WNBA sera sûrement un des éléments à suivre en Ligue féminine cette saison. Enfin, Katia Mosengo-Masa a réalisé une préparation laissant espérer le meilleur. Reste à savoir si elle pourra jouer cette saison, après sa blessure au genou contractée la semaine dernière.

 

Le hic ? Mondeville dispose d'une faible profondeur de banc. Le poste de meneuse de jeu est l'exemple le plus criant de ce manque d'effectif. En outre, les Mondevillaises devront probablement faire sans Heleen Nauwelaers et Katia Mosengo-Masa contre La Roche-sur-Yon. Or ce premier match est déjà important dans la mesure où il oppose les Normandes à un prétendu adversaire direct. Promu, La Roche Vendée Basket Club est un candidat naturel au maintien, l'objectif annoncé par l'USOM. Le club vendéen s'appuiera sur un mélange de jeunes joueuses et de profils plus expérimentés, à l'image des étrangères (Tamara Radocaj, peu connue en France, Milica Ivanovic, Kristen Mann et Bernadette N'Goyisa). La Franco-Sénégalaise Mariame Dia est quant à elle un exemple de longévité du haut de ses bientôt 39 ans.

 

Les deux équipes se connaissent pour s'être affrontées en amical, pas plus tard que la semaine dernière pour l'ultime fois, mais se sont bien gardées de dévoiler toutes leurs cartes. Cet Open LFB fera figure de test des deux côtés.

 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr