Lisa Berkani, un été bleu pas tout rose

01 août 2017 Ecrit par 

Lisa Berkani n'est pas une grande adepte de la langue de bois. Quand elle a quelque chose à dire, la meneuse de l'USO Mondeville préfère manier la franchise. Alors au moment de dresser le bilan de son (trop) long été chez les Bleues, elle n'y va pas par quatre chemins...

 

Les grandes vacances d'été, Lisa Berkani ne connaît pas. Sélectionnée depuis des années dans les équipes de France jeunes, amenée parfois à doubler sur deux catégories, la Mondevillaise ignore tout des longs mois de repos. L'été 2017 en a été une nouvelle démonstration, et pas la moindre. Entre l'équipe de France A, l'équipe de France A' et l'équipe de France U20, Lisa Berkani n'a quasiment jamais quitté les équipements FFBB du début du mois de mai au dernier jour de juillet. « Je commençais à en avoir marre », reconnaît-elle d'une voix qui ne laisse aucun doute sur la lassitude qu'elle ressent. Tant et si bien que la reprise programmée avec Mondeville le 20 août constitue manifestement une perspective encore peu réjouissante. « Ce n'est pas du tout contre le club, promet-elle, mais je n'ai vraiment pas hâte de reprendre le basket ! »

 

Il faut dire que l'été bleu de Lisa Berkani n'a pas été tout rose. « Le bilan n'est pas bon du tout », bougonne gentiment la demoiselle. Sur le papier, pourtant, il a de quoi laisser une toute autre impression. D'abord retenue en équipe de France A, Lisa Berkani est restée sur le quai sans réelle surprise. Son heure viendra bientôt, Céline Dumerc ayant laissé à d'autres les clés du camion après sa retraite internationale à la suite de l'Euro 2017. La jeune mondevillaise a ensuite rejoint l'équipe de France A', antichambre des A où figurent également Marième Badiane et Katia Mosengo-Masa. Ce n'était que la deuxième étape de son interminable été, comportant comme arrêt suivant (le plus long) l'équipe de France U20. C'est avec ce collectif qu'elle a disputé son dernier Euro jeune le mois dernier. Et c'est précisément là que le bât a légèrement blessé.

 

Une campagne en U20 difficile

 

De prime abord, Lisa Berkani évoque un rendez-vous qui ne s'est « pas très bien passé ». La quatrième place obtenue laissait pourtant imaginer, de l'extérieur, un tout autre bilan. D'autant que la meneuse tricolore admet elle-même que sa formation s'était rendue au Portugal avec des ambitions bien moindres. « On avait une équipe assez faible par rapport aux autres années parce qu'il manquait pas mal de filles. On y allait presque pour ne pas se faire reléguer en deuxième division. Terminer cinquième ou sixième aurait déjà été très bien. C'est vrai qu'on s'est surprises nous-mêmes, mais quatrième c'est la place du con. » Les Bleuettes, bénéficiaires d'un tirage plutôt favorable (« une bonne poule, puis l'Italie et la Slovénie en quart et demie »), sont passées tout près d'une place en finale. Elles n'ont perdu qu'après prolongation face à la Slovénie, avant d'être largement dominées par la Russie lors de la petite finale. « De toute façon on ne méritait pas d'aller plus loin », maugrée Lisa Berkani.

 

Si la jeune femme porte un regard si critique sur la campagne européenne, ce n'est toutefois pas pour le seul aspect sportif. C'est surtout sur le plan humain que Lisa Berkani n'a pas trouvé son compte. « C'est simple, la seule chose positive de cet Euro pour moi, c'est la rencontre avec Caroline Aubert, que je ne connaissais pas avant. Pour le reste, je n'ai vraiment pas aimé l'ambiance. Je recherche le côté humain avant le côté basket, et ça ne s'est pas bien passé de ce point de vue-là. C'est même la première fois que je vis une compétition aussi mal. » Et sans surprise, Lisa Berkani ne s'exonère pas de ce bilan négatif. Malgré une ligne de stats plutôt bien remplie (13 points, 4 passes décisives et 3,3 rebonds par match), les attentes n'ont pas été comblées. « C'était nul. Quand je me sens mal en-dehors du terrain, je n'ai pas encore suffisamment d'expérience pour être performante sur le terrain. J'ai juste envie d'oublier cette expérience. »

 

Trois petites semaines de vacances

 

Avec un peu de recul, elle pourrait toutefois être riche d'enseignements pour celle à qui l'équipe de France A ne devrait pas tarder à tendre les bras pour de bon. En attendant, Lisa Berkani a eu droit à un joli lot de consolation aux Jeux de la Francophonie. Cette fois, entourée d'autres joueuses non loin des A, elle a connu une semaine de compétition idéale. « C'était la campagne parfaite ! On était soudées, solidaires, on a joué les unes pour les autres. Au niveau extra-basket, c'était super, avec des filles que je connais. Sur le terrain, bien sûr ce n'était pas le niveau d'un championnat du monde ou d'Europe, mais on aurait pu être surprises par le jeu agressif de nos adversaires. On ne s'est pas laissé piéger et on a fait valoir nos qualités technique et tactique. » L'équipe de France A' a survolé la compétition jusqu'à sa victoire sur le Canada-Québec en finale, samedi dernier. Deux jours plus tard, Lisa Berkani était de retour chez elle à Mondeville. Soulagée. Elle repartira bientôt à Clermont, d'où elle est originaire. « Je vais couper quelques jours mais, me connaissant, j'aurai très vite envie de rejouer au basket. » Il faudra, avant cela, soigner une douleur au pied, l'autre couac de l'été. Lisa Berkani a trois semaines devant elle pour se soigner, se vider la tête et retrouver l'appétit.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr