Jamil Siad (USM Vire) : « On joue pour vivre des moments comme ça »

04 octobre 2017 Ecrit par  Timothée Joly
Jamil Siad porte le numéro 7 (deuxième joueur en bas en partant de la droite).

Pour le dernier match d'un Open de Pré-Nationale déjà fou, Lisieux et Vire nous ont offert un final en apothéose. Menés de 3 points à quelques secondes du terme, les Virois ont arraché la prolongation au buzzer avant d'aller chercher la victoire. Cette prolongation, on la doit au tir égalisateur de Jamil Siad. Le jeune Virois a accepté de répondre à nos questions. Entretien.

 

Sport à Caen (S.C.) : Bonjour Jamil ! Pour commencer, peux-tu te présenter ?

Jamil Siad (J.S.) : J'ai 21 ans, je joue à Vire depuis que je suis minime. Je suis parti 2 ans à Amiens pour mes études et maintenant je suis sur Alençon en école de kiné.

 

S.C. : On va évidemment parler du match de samedi. Comment s'est déroulé ce premier match face à une équipe de Lisieux qui descend de N3 ?

J.S.: On jouait une équipe qu'on ne connaissait pas vraiment avec pas mal de joueurs qui ont bougé notamment sur Pont L'Evêque donc on était un petit peu dans l'inconnu. D'entrée, on se prend un 7-0 mais on arrive à revenir. C'était par phase, on leur mettait un 8-0 puis ils répondaient avec un autre 8-0. Juste avant la mi-temps Francis Mujani a pris un gros coup de chaud qui leur a donné l'avantage à la pause. Ca nous a fait mal mais le match est resté serré jusqu'à 1'30 de la fin où ils ont pris 6 points d'avance. On a essayé de reproduire une grosse défense comme on a réussi à le faire pendant tout le match et ils ont perdu beaucoup de ballons qui nous ont permis de revenir petit à petit.

 

S.C. : Vous revenez finalement à 3 points avec seulement 6 secondes à jouer quand votre coach prend un temps mort. Raconte-nous cette dernière action du dernier quart.

J.S. : On met un système en place pour tirer à 3 points mais on se fait contrer alors qu'il reste 3 secondes. On décide d'exécuter quasiment le même système et je me retrouve à prendre le tir pour la prolongation. Je marque et ça nous a donné un vrai avantage psychologique pour la prolongation. On défend dur pour se détacher de 6 points et on gagne ce match. Une belle performance face à une équipe qui jouait en N3 la saison dernière.

 

S.C. : Tu avais déjà connu une situation identique ?

J.S. : C'est assez rare, ça m'était arrivé à Amiens en région où j'avais marqué le tir de la gagne mais c'était à un niveau inférieur. Devant un public comme samedi, c'est la première fois que ça m'arrive et on joue un petit peu pour ça. On joue pour vivre des moments comme ça, c'est le rêve. C'est rentré et c'est grâce au collectif. Les gars m'ont dit que c'était à moi de le prendre, j'avais leur confiance. Yaël Andreu Sabater fait un super appel, il embarque deux défenseurs. Belot Souffrant prend deux joueurs sur son écran et je me retrouve tout seul avec 2 secondes pour tirer.

 

S.C. : Votre banc a inscrit 38 points contre 2 pour celui de Lisieux, ça a fait la différence ?

J.S. : Belot Souffrant marque 16 points en sortie de banc, pour ma part je termine avec 14 points. Toute l'équipe a apporté au niveau de la marque et puis on a mis beaucoup d'intensité en défense c'est ce qui a fait la différence sur la fin.

 

S.C. : L'apport du banc peut être votre atout majeur cette saison ?

J.S. : On n’a pas vraiment un ou plusieurs gros joueurs comme Lisieux qui en possède trois. Chaque équipe a des joueurs qui sortent du lot, nous on a Yaël Andreu Sabater mais il est encore jeune. Nous sommes très complémentaires et très denses, on ne voit pas trop la différence quand un joueur du banc remplace un joueur du 5 majeur.

 

S.C. : La saison dernière vous terminez 10ème avec 11 victoires et 15 défaites. Quels sont les objectifs de cette saison pour l'équipe et pour toi sur le plan personnel ?

J.S. : Clairement, on vise le maintien mais si on peut aller plus haut on va pas s'en priver. On a pris un match contre Lisieux, le championnat va être très dense donc si on peut battre les grosses équipes on le fera. Sur le plan personnel c'est prendre du plaisir, jouer avec mes potes, gagner des matchs, apporter ce que je peux sur le terrain.

 

S.C. : Par rapport aux matchs que tu as pu voir durant l'Open, est-ce que tu vois des favoris se dégager ?

J.S. : Pour l'instant je n'en vois pas. Mézidon a perdu, Lisieux aussi. Les Saint-Lois risquent d'être forts avec leur jeu rapide. Cela risque d'être tendu jusqu'au bout pour la montée comme la saison dernière et même pour le maintien je pense qu'on va voir des surprises.

 

 

Jamil Siad contre Lisieux : 14 points à 4/8 aux tirs (2/3 à 2pts et 2/5 à 3pts), 4/7 aux lancers francs, 1 passe décisive 3 rebonds et 4 ballons perdus. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr