Basket. Manquant d'inspiration, Douvres se fait surprendre par Ifs

26 septembre 2017 Ecrit par 

Basket. DOUVRES BCN 55 – 59 CB IFS, 2ème journée de N3 Féminine. Deuxième journée et déjà un derby. L'opposition aller entre Douvres et Ifs la saison passée avait été intense, très physique. Si le côté physique fut aussi présent dimanche, l'intensité et l'inspiration beaucoup moins. Devant son public et malgré un effectif mieux fourni et un bon départ, le DBCN a progressivement déjoué face à un CBI pas plus inspiré mais plus motivé et surtout plus intelligent en fin de match.


[19-12, 12-16 (31-28), 6-13 (37-41), 18-18]

Douvres force Ifs à prendre son premier temps-mort dès l'entame

On se souvient du derby de l'an passé sur le terrain douvrais, un petit chef-d’œuvre d'intensité, de confrontation physique, de rebondissements et de suspense. Comme nous sommes en début de saison, ce derby fut moins passionnant dans le jeu mais s'avéra aussi disputé et plein de surprises. « Un derby, ce n'est pas forcément la meilleure équipe qui gagne mais celle qui a le plus envie. » Cette règle tacite dans le sport, citée par Miguel Callejas, ne pouvait pas mieux tomber.

Pourtant, en début de match, « envie » n'était pas forcément le substantif collant le mieux aux troupes ifoises. Face à un adversaire semblant un peu nerveux (ndlr : Ifs a un effectif assez jeune, les « doyennes » du groupe sont Reulet et Aulnette, respectivement 28 et 25 ans), Douvres démarre fort grâce à une défense très haute et réussit un 7-0 d'entrée. De quoi rendre Miguel Callejas furieux, le forçant à prendre un temps-mort pour recadrer ses filles.

La combativité de Pannetier (dont le duel sous le cercle avec Dijon provoque quelques étincelles) et d'Enguerrand relance un peu le CBI mais dans l'ensemble, Douvres maîtrise la situation et mène de 7 points à la fin du quart. Sans impressionner, on sent que les locales sont parties pour avoir la mainmise sur la rencontre.


La zone ifoise casse le rythme du match

Gasqueres et Guillaume portent l'écart à +11 dès l'entame du deuxième quart-temps. Les problèmes vont alors commencer pour les protégées de Sarah Le Rouxel Goltze. Le CBI défend en zone et casse le rythme du match. Le mouvement commence à disparaître côté douvrais, que ça concerne les joueuses ou même la balle, le jeu devient statique et les solutions en attaque se font rares.

Ce match est bizarre et pauvre en terme de jeu. Le CB Ifs ne propose pas grand chose mais ce rythme plus haché lui convient mieux et l'équipe grignote son retard, jusqu'à revenir à -3 lorsque le buzzer annonçant la pause retentit. Sarah Le Rouxel Goltze livre la très bonne analyse :
« On s'attendait à ce que Ifs nous ralentisse sur la zone, on s'est adapté à leur jeu et on n'a pas imposé notre jeu à nous. On doit être plus propre et plus concentré sur ce qu'on propose. »

Malheureusement pour elles, les Douvraises ne sont pas plus inspirées offensivement après la mi-temps. La preuve : elles ne marquent que deux paniers et six petits points. Les Ifoises, opportunistes, profitent des erreurs adverses (comprenez les pertes de balles et la fébrilité au rebond) pour finalement prendre l'avantage pour la première fois de ce match à la vingt-septième minute. Elles le conservent et mènent de 4 points à l'orée du dernier acte.

Le DBCN s'accroche mais Ifs gère (bien) mieux sa fin de match

Le dernier quart sera disputé. Douvres égalise et repasse devant à cinq minutes de la fin mais Ifs reprend vite un maigre avantage. Ayant connu quelques pépins physiques durant la partie, le DBCN voit le sort s'acharner sur l'équipe quand Marie Gasqueres se fracture le nez peu de temps avant la fin du match (ndlr : bon rétablissement à elle).

Une fin de partie serrée mais où Douvres perdra un ballon par-ci, oubliera un rebond défensif par-là, une faute peu utile, un oubli défensif... tous ces petits éléments mis bout à bout font doucement pencher la balance en faveur des Ifoises, plus sereines et plus intelligentes dans leur gestion de la fin de match. Les 3-points de Bartelds et Guérard entretiennent l'espoir local mais Aulnette a de la glace dans les veines aux lancers-francs et la défense du CBI tient le coup sur les dernières actions. Victoire du CB Ifs qui prend la deuxième place du classement.

« Sans contenu, on tape une équipe qui jouera le haut de tableau. »

Les stats ne parlent pas vraiment sur ce match, excepté peut-être les 18 points marqués par les Ifoises sur les balles perdues adverses. S'il est fier de son équipe, le coach ifois préfère ne pas s'emballer : « C'est surtout Douvres qui a déjoué, elles nous le donnent. Offensivement, on n'est pas en place, on l'a bien vu. L'année dernière, on l'avait préparé, là on n'avait rien préparé du tout, l'entraînement de vendredi, on a marché. On se rend compte qu'en terme de rythme, on n'est pas en place pour la N3. » Monsieur l'entraîneur, un peu de positivité que diable : « On casse le rythme très rapidement avec la zone. Sans contenu, on tape une équipe qui va jouer le haut de tableau, c'est plutôt rassurant. Maintenant, il faut qu'on bosse. »

Tout de même, maintenir Dijon à 10 points, battre une équipe avec un effectif mieux fourni sans exceller en attaque, se ressaisir après un premier quart raté et s'imposer alors que l'équipe n'avait rien préparé... il y a de quoi être fier et d'ailleurs, la joie du vainqueur à la fin du match le montre bien. On notera la combativité de Pannetier (15pts), le bon match d'Enguerrand (9pts, 8rbds, 2pads, 5ints) et surtout l'activité de Le Rudulier (15pts, 4rbds, 6pads, 5ints, 3bps) et l'apport de Laury Aulnette (12pts, 9rbds, 1pad, 3ints, 1bp).

Contre-performance pour Douvres, Dijon est celle qui s'en sort le mieux et poste son double-double hebdomadaire (10pts, 13rbds, 1pad, 2ints, 1ctr) mais elle n'a pas eu son rayonnement habituel au scoring. Les 9 fautes provoquées et 6 petits lancers obtenus sont-ils la cause de cette défaite ? Peut-être, mais surtout, on n'a pas vraiment vu de joueuse tenter de sonner la révolte :
« Un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne. On ne se fait pas encore confiance. On se cache un peu, personne ne veut vraiment prendre les responsabilités. » Sarah Le Rouxel Goltze reconnaît le mérite de ses adversaires et se remet aussi en question : « Je n'ai pas grand chose à reprocher aux filles sur l'état d'esprit mais je crois que Ifs a été plus intelligent dans le money-time. Il y a peut-être aussi un coach en face qui a un peu plus d'expérience. »
Ce n'est pas pour autant un discours négatif. On sentirait même une sorte de soulagement. La défaite à Ruaudin en fin de saison passée avait détruit l'équipe. La défaite passée, la hantise du bilan parfait n'a plus cours. Surtout, ce match a permis d'identifier clairement les besoins de l'équipe :
« Ce n'est pas un drame, ça vient peut-être au bon moment, on se rend compte qu'il faut bosser. On rate le match en première mi-temps, on ne le tue pas car on est dans le hourra basket. » Le DBCN tentera de se relever dans deux semaines lors d'un nouveau derby, cette fois-ci face à l'UST.

Marque DBCN : M. Gasqueres 8pts, L. Goubert 6pts, J. Bouffaré 4pts, P. Plouhinec 2pts, M. Guillaume 2pts, M-A. Le Moal 9pts, T. Bartelds 9pts, G. Guerard 5pts, S. Dijon 10pts, J. Bécam

Marque CBI : J. Le Rudulier 15pts, L. Ovieve 6pts, J. Reulet , J. Enguerrand 9pts, F. Panier 1pt, L. Aulnette 12pts, S. Montembault 1pt, L. Pannetier 15pts

Le classement ici.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr