Basket. Sans forcer, Douvres s'impose face à l'UST

10 octobre 2017 Ecrit par 
(Crédit photos : page facebook Douvres BCN)

Basket. DOUVRES BCN 84 – 41 USTB ÉQUEURDREVILLE, 3ème journée de N3 Féminine. Avec une équipe douvraise qui avait à cœur de se rattraper après son faux pas face à Ifs et une formation équeurdrevillaise diminuée, on s'attendait à un match déséquilibré, il le fut. Après un premier quart à peu près maîtrisé, les joueuses de Sarah Le Rouxel Goltze ont déroulé leur basket. Face à cette armada collective menée par une Dijon inarrêtable, l'UST ne pouvait pas rivaliser.


[23-15, 17-8 (40-23), 16-8 (56-31), 28-10]


Un premier quart-temps pour se calibrer

Stéphane Véron s'attendait à un match compliqué. La semaine dernière, quand nous l'avions eu au téléphone et lui avions appris que le CB Ifs avait battu Douvres, l'entraîneur manchot savait que le DBCN arriverait le couteau entre les dents face à son équipe. Pour ne rien arranger, Manon Joly, l'intérieure affamée de rebonds et meilleure 6ème joueuse l'an passé en PNF, était absente.

Pourtant, le tout début de match est assez équilibré, la défense douvraise montre quelques failles et les Équeurdrevillaises ne se gênent pas pour les exploiter et s'offrir des doubles-pas faciles.

Sandra Dijon se charge rapidement de remettre ses coéquipières dans le droit chemin et ce sont ensuite Plouhinec et Goubert qui apportent leur scoring en fin de quart-temps pour donner 8 points d'avance aux locales.


La défense hausse le ton

Par la suite, le DBCN va rapidement prendre le large en défendant dur et surtout en se montrant intraitable au rebond. L'UST se trouve vite privé de munitions en attaque à cause des nombreux rebonds offensifs adverses.

Offensivement, l'attaque douvraise est bien plus séduisante qu'il y a deux semaines. C'est même le jour et la nuit, la balle bouge mieux et les joueuses ne restent plus immobiles : « Il était important de réagir vite et de travailler collectivement, dixit Sarah Le Rouxel Goltze. Face à Ifs, on a eu un gros manque de mise en place du jeu collectif mais aujourd'hui, c'était très agréable collectivement. Forcément, avec la zone en face, le rythme était moindre. Il faut trouver le juste milieu entre mettre beaucoup de rythme en attaque et de pression en défense et, ralentir le jeu quand il faut pour trouver des solutions en attaque. »

Sur ces dix minutes, les promues de l'USTBE ne scorent que deux paniers et rentrent aux vestiaires distancées de 17 points.

Une deuxième période à sens unique

Après la mi-temps, le match va perdre de son intérêt car les Équeurdrevillaises commencent tout simplement à s'épuiser et histoire de compliquer encore les choses, les meilleures scoreuses des deux derniers matches (Éloïse Véron et Birette) sont dans un jour sans : « On n'est que huit cette année, on a une intérieure en moins sur ce match... Ça fait juste face à des équipes comme ça qui jouent le haut de tableau. Et puis, nos meilleures marqueuses de d'habitude, nos ailières qui sont à une trentaine de points cumulés, eh bien là, rien »

Effectivement, dans ces conditions, il est difficile de lutter face à des Douvraises qui utilisent ces vingt dernières minutes pour travailler leur basket, avec de la défense tout-terrain, de la zone et des tactiques d'attaque variées :
« On a encore un gros travail collectif à faire, surtout que Tété vient d'arriver d'un autre pays. Elle doit s'adapter à notre manière de jouer au basket. Les autres se trouvent de mieux en mieux et vont encore progresser. Après il faut aussi voir que leur zone était très serrée et on n'avait pas de pression sur la balle, on a réduit nos ballons perdus par rapport au match précédent. »

Après une demi-heure de jeu, l'écart est de +25. Le match n'est plus d'un grand intérêt, l'UST a renoncé et Douvres est en mode « révisions ».

On pourrait croire que Douvres va se relâcher. Eh bien non, les Calvadosiennes sont bien décidées à jouer et travailler jusqu'au bout. Dijon soigne sa feuille de stats avec 13 points dans le dernier quart, portant son total à 31 points en seulement vingt-quatre minutes (à 15/18 aux tirs. Ajoutons 7rbds, 1pad, 3ints, 1bp). Bartelds plante deux tirs primés et Gasqueres (4pts, 10rbds, 6pads, 1ctr, 1int, 2bps) continue sa moisson au rebond.

Les secondes défilent, la différence va crescendo. Au buzzer final, l'addition est salée : +43.

« L'état d'esprit m'a rassurée »

Inutile de jeter la pierre à l'UST qui n'avait tout simplement pas les armes pour lutter. Félicie Véron (12pts, 2rbds, 3pads, 1int, 2bps) et Dubost (8pts, 4rbds, 5pads, 3ints mais 7bps) ont tenté de résister en début de match mais ont vite dû se faire une raison. Avec 21 rebonds offensifs concédés, difficile de lutter : « Avec notre manque d'effectif, c'était prévu. Ceci dit, ça n'aurait rien changé parce que je crois que Douvres a été sympa avec nous, Sandra n'a pas joué beaucoup, sinon il y aurait eu 140 points de marqués (rires). » En revanche, dimanche prochain, Équeurdreville recevra Quimper pour décrocher sa deuxième victoire de la saison.



Côté douvrais, outre Dijon, Gasqueres ou encore Bartelds, on notera la belle prestation de Goubert (12pts, 2rbds, 5pads, 4ints et aucune balle perdue). Sarah Le Rouxel Goltze est satisfaite, son équipe a su réagir et a montré un beau collectif, en témoignent les 29 passes décisives (pour seulement 12 balles perdues) et les neuf scoreuses différentes... mais il reste de la place pour du progrès :
« Il y a une énorme marge de progression et ça passe par la concentration, prendre les automatismes. Il faut savoir si on est capable de montrer la même mise en place contre plus de pression défensive. »

 

En sus du collectif, l'entraîneure est ravie de l'état d'esprit de ses joueuses : « L'état d'esprit m'a rassurée. Après une défaite compliquée et une semaine d'entraînement, elle aussi compliquée à cause des maladies, des petites blessures, nez cassé et autres, elles ont mis tout de suite l'agressivité qu'il fallait défensivement pour se mettre bien en attaque. On était dans le match dès le départ et si on tient la route défensivement, normalement, ça devrait aller. »

 

Notons un bon arbitrage « avec un Cyrille Le Picard une nouvelle fois exemplaire le jour de ses 39 ans. » (ndlr : citation anonyme d'un des officiels dont les initiales sont CLP et qui coache à Alençon)

Marque DBCN : M. Gasqueres 4pts, L. Goubert 12pts, J. Bouffaré 7pts, P. Plouhinec 6pts, M. Guillaume 2pts, M-A. Le Moal 8pts, T. Bartelds 12pts, G. Guerard , S. Dijon 31pts, J. Bécam 2pts

Marque USTBE : L. Fossey , E. Dubost 8pts, J-M. Reault 4pts, C. Pasco 4pts, A. Poussard 2pts, F. Véron 12pts, E. Véron 2pts, C. Birette 9pts

Le classement ici.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr