Basket. Julie Plouhinec veut grandir en même temps que le CB Ifs

19 octobre 2017 Ecrit par 

Le Club Basket d’Ifs a concédé samedi dernier sa première défaite de la saison à domicile. Les Ifoises, avec 41 points marqués et 26 % de réussite au tir, n’ont pas fait les choses à moitié. Les deux victoires précédemment obtenues devant La Rochelle et Le Havre avaient pourtant rassuré après une intersaison perturbée. L’analyse de la jeune meneuse Julie Plouhinec.

 

Qualifiée de « pile électrique » sur le terrain, Julie Plouhinec a tout l’air d’être la même dans la vie. La pétillante étudiante en génie biologique, a même parfois du mal à se canaliser en interview. « Il se passe tellement de choses dans ma tête », justifie-t-elle dans un sourire au milieu d’une réponse un peu floue. Le feu follet du CB Ifs n’est jamais avare de spontanéité. La première évocation de la lourde défaite concédée devant Sannois (41-64) suffit à le démontrer. « On a eu une adresse… vraiment nulle. C’était un soir sans, ça arrive. On est des filles adroites, je suis certaine que ça ne se reproduira pas cette saison. Mais ce qui nous a vraiment mis dans le mal, c’est de ne pas avoir suivi les consignes de Morgan (Debrosse) sur le plan défensif. Il nous a donné toutes les cartes pour contrecarrer l’adversaire, mais c’est nous qui sommes sur le terrain. Il n’allait pas non plus nous prendre par la main… »

 

La jeune équipe ifoise a pris une petite leçon dans une salle Jérôme Obric où elle restait sur une victoire étincelante. Ses deux récents succès, devant La Rochelle et Le Havre, auraient-ils pu provoquer un peu de relâchement ? « Je ne suis pas certaine, répond Julie Plouhinec. Peut-être inconsciemment. Ça nous a fait du bien de gagner deux matchs de suite contre des équipes vraiment pas mal, après l’intersaison qu’on a vécue. » Ifs avait besoin de se rassurer, et l’ancienne mondevillaise avec. L’été a été agité à quelques encablures de Caen. « C’était super flou. Je ne savais pas qui allait être coach, avec qui j’allais jouer, comment on allait jouer. Ça ne m’était jamais arrivé dans ma petite carrière. Mais ça m’a permis de grandir, de gagner en expérience. »

 

« La fin de saison dernière a été compliquée »

 

Surtout, Julie Plouhinec a pu laisser derrière elle pour de bon une fin de saison 2016-2017 douloureuse. Pas aussi performante qu’en début d’exercice, elle était restée sur le banc en finale de la Coupe de France. C’est elle qui avait subi à Bercy le nécessaire turnover (Ifs avait alors onze joueuses pour dix places) adopté dans cette compétition. « J’ai eu du mal à me remettre de la fin de saison dernière. J’adore tellement le basket que ça n’a pas été facile de passer à autre chose. Mais d’un autre côté, j’ai été présélectionnée pour la première fois en équipe de France. C’est oublié, je suis passée à autre chose. » Coupée dans les 16, Julie Plouhinec a pu vivre une belle expérience en stage. Et recevoir la dotation FFBB qui va avec !

 

La page 2016-2017 a pu être tournée avec son autre déception, celle du renoncement au championnat du monde universitaire du trois contre trois, que la demoiselle et ses trois camarades (Loreen Kerboeuf, Myriam Djekoundade et Shelby Saint-Juste) s’étaient ouvert en remportant le championnat de France. Julie Plouhinec se montre satisfaite de son début de saison. « Ça se passe très bien. Je me sens vraiment bien, que ce soit dans le jeu, dans l’équipe ou avec Morgan. Je pensais pourtant que ça allait être compliqué. » Les vacances ont permis de digérer ce qui avait besoin de l’être. Julie Plouhinec regarde devant elle. « Je vais essayer d’avoir plus d’impact dans le championnat N1, expose-t-elle en guise d’objectif 2017-2018. Il faut que je sente que j’aide davantage mes coéquipières. » Quant à la suite plus lointaine, elle reste à écrire. « Je ne ferme pas la porte à l’idée de gravir l’échelon du dessus, mais les études ont pris le dessus. Je suis encore ici pour deux ans, j’ai le temps de voir. Il peut se passer plein de choses. Quand je vois tout ce qui s’est passé l’année dernière en deux mois, je me dis qu’en deux ans ça peut être énorme ! »

 

« Capables du meilleur comme du pire »

 

Dès lors, la numéro 10 du CB Ifs préfère se concentrer sur l’immédiat. Samedi, son équipe tentera de repartir de l’avant à Calais, promu au début de saison convaincant (deux victoires et deux défaites, comme Ifs). « Morgan nous a déjà prévenues que ça allait être très dur physiquement, qu’on allait prendre des coups. Ça peut nous remettre dans le droit chemin après la grosse erreur qu’on a faite contre Sannois. » Avec sa « minuscule marge de manœuvre », Ifs devra retrouver la stabilité qui lui a manqué le week-end dernier. « On se trouve bien, mais plus on s’entraînera, mieux on se trouvera. Il manque encore des repères les unes avec les autres. On est capables du meilleur comme du pire. On doit réussir à mieux jouer ensemble plus longtemps, pas seulement sur des petites séquences. »

 

 

Pour quelle finalité ? « Franchement, je ne sais pas du tout où nous situer dans ce championnat. On veut bien sûr être le plus haut possible. On prend vraiment les matchs les uns après les autres. » Difficile de distinguer une hiérarchie après quatre matchs de championnat, même si Geispolsheim mène la danse sans avoir encore connu la défaite. Ifs, avec deux victoires et deux défaites, est « dans le mou de la poule », expression fraîchement remasterisée sans lien avec une quelconque espèce animale. « Avant la moitié de saison, c’est compliqué de savoir qui va sortir du lot, estime la meneuse. On en saura plus en décembre. » D’ici là, Julie Plouhinec et le Club Basket d’Ifs vont s’attacher à progresser de match en match. « On fera les comptes à la fin… »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr