Basket. Le coup de maître du CB Ifs

24 septembre 2017 Ecrit par 

Basket. Ifs 72 – 45 La Rochelle, 2ème journée de Nationale 1 féminine. Le Club Basket d’Ifs a réalisé une superbe performance en écrasant La Rochelle samedi soir à domicile. Extrêmement performantes en défense, les Ifoises ont construit leur succès sur cette base.

 

Après toutes ces années, l’effet de surprise ne devrait plus nous concerner. Saison après saison, génération après génération, on a trop vu ce club à l’œuvre pour s’étonner d’une grosse performance. Et pourtant, la victoire 72-45 du Club Basket d’Ifs contre La Rochelle nous a laissé presque bouche bée. Balayé lors de la première journée (83-57), pendant que son adversaire transperçait Le Poinçonnet sans ménagement, Ifs était loin de donner toutes les garanties au moment d’accueillir l’un des gros morceaux de sa poule. « Samedi dernier, c’était une première pour plein de filles de l’équipe, rappelle Anaïs Deyres. Certaines découvraient le niveau. Il y avait du stress et il nous a bouffées. Quand on n’est pas dedans dès le départ à Geispolsheim, on prend vite l’eau… »

 

Une fois l’analyse faite, Ifs a pu exploiter les enseignements tirés. La Rochelle a pourtant mis les ingrédients de son côté, en début de rencontre, pour tenter de faire douter son adversaire. Un tir à trois points pour commencer, quelques rebonds ensuite, et les visiteuses prenaient les commandes (0-5, 3’). Malgré le réveil ifois initié par les cadres – Kirsten Jeter, Pauline Betis et Anaïs Deyres, La Rochelle continuait de faire la course en tête (8-12, 7’). Il fallait attendre les deux dernières minutes du premier quart pour voir Ifs donner un premier coup de collier. D’un tir primé, Anaïs Deyres donnait l’avantage à son équipe pour la première fois de la rencontre (15-12, 7). Après dix minutes de jeu, conclues par deux lancers de Julie Plouhinec, Ifs avait commencé son grand chantier (19-12, 10’).

 

« On les a étouffées »

 

Les fondations étaient solides, restait à enchaîner dans le deuxième quart. Et ces dix minutes-là allaient être un festival, d’abord défensif. La Rochelle n’inscrivait que cinq points, et son adversaire se détachait irrémédiablement. Shelby Saint-Juste dépassait la barre des +10 (23-12, 14’), alors que le +15 était atteint peu avant la mi-temps grâce à un trois points de Pauline Betis (32-17, 20’). Entre tirs ratés et ballons perdus, La Rochelle était totalement à l’ouest. « On les a étouffées, commente Anaïs Deyres. Elles n’ont pas pu mettre leur jeu en place, ce qui a généré pas mal de frustration. De notre côté, on a mis les tirs, contrairement à la semaine dernière. On a déroulé, joué les systèmes les unes pour les autres. »

 

À la mi-temps, Ifs avait deux fois plus de points que son adversaire (34-17). Les Normandes pouvaient voir venir, mais avaient plutôt la crainte de voir revenir des Rochelaises piquées à vif. Alors Kirsten Jeter prenait ses responsabilités en attaque, et le collectif continuait de tourner à plein régime défensivement. L’écart croissait de nouveau et Ifs gardait son x2 sur La Rochelle (45-22, 16’). La démonstration était totale, l’adversité totalement éteinte. Ifs continuait d’enfoncer le clou sans pitié quand La Rochelle prenait l’eau de toute part (54-26, 30’). Dès lors, le dernier quart devenait presque anecdotique. La victoire acquise, Ifs relâchait légèrement son étreinte. La Rochelle allait inscrire 19 points dans ces dix dernières minutes, soit sept de moins que sur les trois périodes précédentes cumulées.

 

« Le coup que personne n’attendait »

 

« C’est le coup que personne n’attendait, s’amuse Anaïs Deyres la voix cassée. La Rochelle est présentée comme une grosse équipe. Cette victoire fait du bien au moral. L’équipe a montré un vrai visage. C’est un succès collectif, où personne n’est sorti du lot, mais tout le monde a apporté sa pierre à l’édifice. On a été agressives en défense, derrière ça a roulé en attaque. Ça fait du bien au moral ! » Sur le plan statistique, quatre joueuses terminent à plus de dix points : Kirsten Jeter (19 points), Pauline Betis (16 points), Shelby Saint-Juste (14 points) et Anaïs Deyres (11 points). On distingue, parmi ce quatuor, d’autres colonnes bien remplies. Pauline Betis a délivré 7 passes décisives – comme Julie Plouhinec – et intercepté 5 ballons.  Shelby Saint-Juste, qui découvre la N1, a capté 8 rebonds.

 

Ifs semble déjà tenir un match référence avant d’affronter Le Havre dans deux semaines. Le mot d’ordre n’est pas difficile à trouver : continuer !

 

Ifs : Betis 16, Richard 5, Plouhinec 5, Lerandy, Pannetier 2, Deyres 11, Jeter 19, Saint-Juste 14.

 

Kanelle Mahobah, qui souffre d’une entorse à la cheville, n’a pas joué.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr