« Un goût d’inachevé terrible »

23 avril 2017 Ecrit par 
Élodie Pelissou dans les bras du président Pascal Foisnet quelques minutes après le buzzer final à Bercy.

À chaud, quelques minutes après la défaite concédée devant Monaco, la tristesse était sur tous les visages ifois, vendredi soir. Le CB Ifs avait conscience d’être passé à côté d’une des plus belles pages de son histoire. Sa défaite de sept points (62-55) laissait bien des regrets. Les réactions de Carole Delauné, Élodie Pelissou et Kirsten Jeter.

 

 

Carole Delauné (manager générale) : « Je m’attendais à une plus grosse équipe en face. Ce n’était pas énorme comme on pouvait l’imaginer, mais elles étaient très fortes dans leurs têtes. Plus fortes que nous. Il y a eu trop de maladresse de notre côté. Le dernier quart-temps a été catastrophique. On s’est fait endormir en deuxième mi-temps. Elles ont imposé leur rythme. En première mi-temps, on défendait fort et on jouait vite, c’était notre jeu. Ensuite, on s’est fait avoir. On est tombé dans un faux rythme. Dès qu’il y a une zone en face, on n’arrive plus à jouer. Il y a un goût d’inachevé terrible. Cette finale était à notre portée. Je pense qu’il y a eu plus de frustration que de stress, due à notre incapacité à développer notre jeu. Quand les tirs ouverts ne rentrent pas, la frustration grandit, la main tremble. »

 

« Le 27 août, on a perdu notre Américaine (Kirsten Jeter s’est rompu le tendon d’Achille, ndlr). On avait beaucoupconstruit  autour d’elle. On a composé avec Julie (Legoupil), à qui on doit beaucoup. On a un grand coup de chapeau à lui tirer. Sans elle, on n’aurait pas fini troisième de Nationale 1. Sans elle ni Kirsten, on ne serait pas non plus arrivé en finale de la Coupe de France. Je n’aurais pas mis ma main à couper en début de saison qu’on arriverait jusque là sur les deux tableaux. Terminer troisième du championnat avec un groupe très jeune, c’est une excellente saison sportive. Elle se finit difficilement, c’est dur à avaler, mais il faut tirer un grand coup de chapeau à cette équipe sérieuse et rigoureuse, qui a très bien travaillé avec Didier (Godefroy). »

 

pelissou monaco 1617

 

Élodie Pelissou (ailière) : « C’est plus que de la déception, c’est de la tristesse. Je savais à quoi nous attendre, il y avait de bonnes joueuses en face, mais on avait les armes. Quand on joue notre basket, on est meilleures. Mais aujourd’hui, elles méritent leur victoire. Leur défense était super agressive. On a eu des shoots ouverts, mais ils ne sont pas rentrés. Quand on est derrière, on est en difficulté. On devient plus fébriles. Je ne veux pas non plus insister là-dessus, mais l’arbitrage était abusé. À la fin, Kirsten et Julie se sont fait arracher les bras, ils n’ont pas sifflé. C’est tombé au mauvais moment… On peut s’en vouloir. Si on a perdu, c’est de notre faute. C’est un coup d’arrêt. Je n’arrive pas à croire que ça se finit comme ça… »

 

jeter monaco 1617

 

Kirsten Jeter (intérieure) : « On a raté beaucoup de tirs, on a aussi perdu quelques ballons, et cela a engendré de la frustration. On a eu tendance à s’énerver. Elles ont mis beaucoup de pression sur nous et on a tiré notre vite. En deuxième mi-temps, le match est devenu bizarre. Monaco est une grande équipe, pas une équipe de Nationale 2. Les arbitres ne nous ont pas non plus aidées... »

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr