Douloureuse désillusion pour le CB Ifs

21 avril 2017 Ecrit par 

Basket. Monaco 62 – 55 Ifs, finale du Trophée Coupe de France. Les Ifoises rêvaient de terminer par un titre la belle saison accompli, Monaco en a décidé autrement. Les Monégasques, pensionnaires de Nationale 2 mais disposant d'une belle équipe, ont surtout exploité les lacunes offensives de leurs adversaires.

 

Les Ifoises entamaient la rencontre pénalisées de sept points, handicap correspondant à la division d'écart entre elles et leur adversaire, pensionnaire de Nationale 2. Il n'allait leur falloir que trois minutes et trente secondes pour le résorber. Elodie Pelissou en contre-attaque, Anaïs Deyres à mi-distance et Pauline Bétis en pénétration étaient notamment passées par là (9-9, 4'). En panne d'adresse, Monaco subissait peut-être davantage la pression inhérente aux grands rendez-vous. L'égalisation ifoise avait toutefois la vertu de réveiller quelque peu les grises du jour. Les Monégasques rentraient pleinement dans leur match malgré la grosse énergie déployée par Ifs, à l'image de Julie Legoupil, et l'entrée précieuse de Kirsten Jeter. C'est d'ailleurs bien servie par l'Américaine qu'Anaïs Deyres remettait de nouveau les pendules à l'heure (17-17, 7'). L'ancienne joueuse de Basket Landes, déjà venue à Bercy disputer une finale de Coupe de France chez les cadettes, se distinguait dans cette première période par son adresse à mi-distance.

 

jeter bercy 1617

 

Un prêté pour un rendu

 

Il fallait toutefois attendre quelques minutes de plus pour voir Ifs prendre les commandes des opérations, au moment où Laurie Aulnette débloquait son propre compteur (19-21, 10'). Dominé au rebond, Ifs restait sous la menace directe et les deux équipes ne se quittaient pas. C'est au début du deuxième quart que les choses se corsaient légèrement pour les Normandes. En proie à un trou d'air, Ifs enchaînait les ballons perdus bêtement et laissait Monaco repartir devant (27-23, 13'). L'énervement se faisait sentir dans les rangs ifois, et il fallait l'impact de Kirsten Jeter et l'expérience de Julie Legoupil pour remettre tout le monde dans le droit chemin. Monaco n'échappait pas non plus à quelques maladresses. Ifs revenait dans la partie au combat (31-29, 16'). L'intensité était présente et le suspense promettait de durer longtemps. Quand Myriam Djekoundade, dernière entrée sur le parquet, convertissait son rebond offensif, Ifs repassait devant (32-33, 18'). Sur le banc, Julie Plouhinec savait qu'elle ne pourrait pas participer à la fête. Elle était finalement la cinquième mutée, celle que le règlement ne permet pas de jouer.

 

betis bercy 1617

 

Elodie Pelissou aérienne et Anaïs Deyres adroite permettaient à Ifs de prendre le meilleur départ dans le troisième quart (36-40, 21'). Monaco ne semblait pas des plus sereins, à l'image de pertes de balle évitables. Pourtant, cette bonne reprise allait vite être occultée par une terrible maladresse. Monaco, adroit à trois points, en profitait pour inverser la tendance sensiblement (46-42, 29'). Emmenées par Alexandra Tchangoué, ancienne joueuse de Ligue féminine, les Sudistes tenaient la barre. Kirsten Jeter avait beau se débattre, l'ensemble restait très poussif. Trop poussif. Malgré une bonne volonté évidente, Ifs butait irrémédiablement sur la zone monégasque. L'agressivité défensive de son adversaire l'empêchait de développer son propre jeu.

 

Anaïs Deyres a pourtant tenté...

 

À l'attaque du dernier quart-temps, Anaïs Deyres haussait un peu plus le ton encore. À mi-distance et en angle zéro, elle remettait son équipe sur de bons rails. Le combat tenait ses promesses, l'intensité était au rendez-vous, et ce dernier quart-temps s'annonçait de haute volée (53-52, 33'). En fait, les choses allaient se passer bien différemment. À la 34ème minute, le beau panier d'une Julie Legoupil presque inconsolable à la fin du match serait le dernier dans les rangs ifois. Il offrait alors deux points d'avance (53-55, 34'). Le début de la fin. Plus rien n'allait entrer en faveur d'Ifoises de plus en plus frustrées et nerveuses, en manque total de réussite malgré bon nombre de tirs ouverts. Monaco, qui allait finir avec sept tirs à trois points convertis contre aucun (sur 14 tentatives) côté ifois, faisait la différence par Alexandre Tchangoué de nouveau (56-55, 35'). Le score restait longtemps bloqué sur ces chiffres, avant que Monaco ne tue le match dans le money time.

 

pelissou pres bercy 1617

 

Ifs, en grande difficulté offensive, peut nourrir bien des regrets. Ce match, le dernier de la saison, était à sa portée. Monaco a été le plus fort du soir, et pourtant... Mais qu'elle fut belle à voir, tout au long de la saison, cette équipe d'Ifs au grand cœur ! Les Normandes méritaient meilleur dénouement, la loi du sport en a décidé autrement.

 

Monaco 62 – 55 Ifs

21-23 / 13-12 / 14-9 / 14-11

 

Monaco : Luke 6, Uhel 5, Fournier 9, Magoni 7, Tchangoué 21, puis Stolce, Decker 7, Facchini.

Ifs : Bétis 4, Legoupil 9, Pelissou 8, Lauvergne, Deyres 16, puis Aulnette 3, Djekoundade 3, Jeter 12. Non entrées : Burnel et Plouhinec.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr