Ifs piégé par la défense de Charnay

09 octobre 2016 Ecrit par 

Basket. Ifs 57 – 65 Charnay, 3ème journée de Nationale 1 féminine. Le CB Ifs a concédé sa première défaite de la saison, samedi soir face à un autre prétendant aux playoffs. Les Ifoises n'ont pas résisté à la grosse défense charnaysienne. Leurs nombreuses per<ites de balle ont fini par être fatales.

 

 

Une défense extrêmement dure, à l'engagement physique parfois même contestable, et un jeu d'attaque résolument collectif : pas de doute, on est bien à Ifs. Sauf que samedi soir, ce ne sont pas les locales qui ont donné la leçon, mais leurs adversaires. Charnay, relégué de Ligue 2, a fini par étouffer les Ifoises dans leur gymnase Jérôme Obric. « On a trouvé du répondant en défense, concède Anais Deyres. Même si on savait que ça allait être un gros match, on a été surprises. » Ifs l'a tellement été que son jeu s'est parfois délité. Privées de solutions offensives, contraintes de batailler en permanence face à l'intensité imposée par les Charnaysiennes, les Ifoises ont perdu la somme astronomique de 36 ballons. Un total presque ahurissant dû autant à la pression adverse qu'à des maladresses évitables. « Ce sont des pertes de balle qu'on ne commet pas d'habitude, reconnaît l'intérieure auteure d'un double double et relativement peu concernée par le problème avec trois turnovers. On n'a pas réussi à gérer leur pression défensive. »

 

deyres charnay 1617

 

Le début de match n'a pas menti. Élodie Pelissou avait beau débloquer sur lancer-franc, bientôt imitée dans le jeu par Julie Legoupil, Charnay prenait le meilleur départ à la faveur d'une défense intransigeante. À l'image de la "tarte" reçue par cette même Pelissou à l'approche du panier, les visiteuses ne plaisantaient pas en matière d'agressivité. À l'autre bout du terrain, leur collectif léché et propre, plus sécurisé que celui d'Ifs, faisait grandir l'écart progressivement (4-10, 5'). Les Bourguignonnes n'étaient certes pas d'une adresse à toute épreuve, mais Ramata Diakité s'employait à leur offrir quelques deuxièmes chances. Il fallait toute la détermination de Joanne Lauvergne près du panier pour mettre fin à la série charnaysienne (7-12, 8'), et un tir ouvert dans les derniers instants de la première période pour que Pauline Bétis ramène les siennes à un point (11-12, 10'). Presque inespéré au vu des douze ballons perdus en l'espace de dix minutes. Ifs avait su hausser le ton en défense pour tenir son adversaire en respect. Élodie Pelissou, de nouveau à trois points, donnait même le premier avantage à son équipe à l'entame du deuxième quart (14-12, 12').

 

betis charnay 1617

 

Toujours derrière, jamais de beaucoup

 

Ifs était pleinement lancé, pensait-on, mais Charnay n'allait pas faiblir aussi vite. Dans une débauche d'énergie toujours aussi importante de part et d'autre, les partenaires de Léa Pellerin reprenaient les devants (14-18, 14'). Anaïs Deyres, pourtant affaiblie par un gros rhume, remettait Ifs en selle (18-20, 17'). Joanne Lauvergne tentait d'en faire autant, mais ses cinq lancers-francs ratés de suite l'en empêchaient. Le CB Ifs s'en remettait alors à Laury Aulnette. Toujours derrière, mais jamais très loin, les Ifoises ne comptaient que quatre points de retard à la mi-temps après une percussion de Pauline Bétis... et malgré vingt-deux ballons perdus en première mi-temps (27-31, 20'). Le supplément d'âme maintes fois observé à domicile pouvait encore faire la différence en deuxième mi-temps. D'autant que le jeu reprenait sur un tir primé d'une Anaïs Deyres toujours indispensable. Serein, Charnay ne montrait toutefois pas le moindre signe de faiblesse, profitant des pertes de balle et des fautes adverses pour recréer un écart (32-41, 24').

 

diakite charnay 1617

Dur de contrôler le rebond face à Diakité, qui en a pris pas moins de 17 à Ifs.

 

La réponse ifoise était initiée par Anaïs Deyres, avant que Myriam Djekoundade, Joanne Lauvergne et Julie Legoupil, longtemps clouée sur le banc en raison des fautes, ne prennent le relais (40-43, 27'). Julie Plouhinec, mise en difficulté par la pression adverse en début de match, faisait un retour intéressant sur le terrain, mais aucune des deux équipes ne parvenait plus à trouver la mire. L'avance charnaysienne restait de trois points à l'attaque du dernier quart. Très vite, les visiteuses refaisaient le break en alliant grosse défense et rebond offensif (41-49, 32'). Julie Legoupil à trois points, Anaïs Deyres et Joanne Lauvergne calmaient cependant leurs ardeurs (48-49, 34'). Le match était-il en train de basculer ? Léa Pellerin répondait par la négative, Charnay repartait de l'avant (48-55, 35'), mais Ifs continuait de s'accrocher. Julie Legoupil, opposée à son ancienne équipe, frappait de nouveau à trois points avant de servir Laury Aulnette pour sa huitième passe décisive. Ifs n'avait pas dit son dernier mot. Joanne Lauvergne brisait sa mauvaise série au lancer-franc et Pauline Bétis égalisait dans le même exercice (57-57, 37').

 

legoupil charnay 1617

 

Trois dernières minutes bourguignonnes

 

« Le problème, c'est qu'on avait l'impression d'être à moins dix alors qu'on était revenues à égalité, déplore Anaïs Deyres. Quand on est revenues, on n'a plus réussi à jouer. On a eu peur. » Le trois points de Léa Pellerin, qui allait devoir sortir quelques instants plus tard, touchée au genou, remettaient Charnay sur de bons rails. À l'inverse, Ifs, privé de Julie Legoupil éliminée pour cinq fautes, n'arrivait plus à se mettre dans les meilleures dispositions et ratait la cible. Laure Belleville et Johana Cortinovic, meilleure marqueuse de la rencontre, tuaient alors les débats. « Ce match, on le perd avant, sur les ballons perdus bêtement, sur tous les petits détails qui font la différence. On avait le niveau pour gagner. Il va maintenant falloir qu'on bosse dur pour avoir notre revanche. Cette équipe est pleine de talent. J'y crois. » Malgré ses 36 ballons perdus, qui ont débouché sur pas moins de 31 points adverses, Ifs a réussi à lutter quasiment jusqu'au bout. C'est dire si le reste a été plutôt cohérent. Les Ifoises ont toutefois eu les plus grandes peines du monde à contenir l'athlétique Ramara Diakité dans la raquette. 17 rebonds pour la Malienne, dont 8 offensifs. Charnay, entraîné par celui qui a été élu meilleur coach de Ligue féminine en 2013, Matthieu Chauvet, n'est pas pour rien l'un des grands favoris à la montée. Le CB Ifs sait désormais qu'il est capable de rivaliser avec. Finalement de bon augure pour la suite de la saison. « On a perdu une fois chez nous, on ne le fera pas deux fois », prévient Anaïs Deyres.

 

lauvergne charnay 1617

 

Ifs : Bétis 6, Aulnette 10, Legoupil 10, Pelissou 5, Djekoundade 3, Plouhinec, Lauvergne 10, Deyres 13, Enguerrand NDP, Burnel DNP.

 

Charnay : Cortinovic 22, Belleville 8, Joret 11, Pellerin 13, Perro, Michel 4, Diakité 7, Radovic.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr