Ibrahima Sidibé (Caen BC) : « Ce n’était pas forcément écrit d’avance »

21 novembre 2017 Ecrit par 

En s’imposant vendredi dernier contre Roanne (76-71), le Caen Basket Calvados s’est assuré une première trêve bien au chaud. Après six journées de championnat, les Caennais sont troisièmes de Pro B avec seulement une défaite à leur passif. À l’image de ses partenaires, Ibrahima Sidibé savoure l’instant avec sérénité.

 

Après cette nouvelle performance au Palais des Sports contre Roanne, on vous sent presque irrésistibles chez vous. Est-ce aussi votre sentiment ?

Oui, c’est un peu notre sentiment. Dès le début de la saison, le coach nous a fait comprendre qu’il était particulièrement important de gagner à domicile devant notre public. Vu la manière dont les supporters nous le rendent pendant les matchs, c’est vraiment quelque chose qu’on doit faire.

 

Vous restez sur cinq victoires de suite. En êtes-vous les premiers surpris ?

Honnêtement, je ne pense pas qu’on fasse si attention à ça. On joue au jour le jour. On prend chaque match comme il vient et on ne pense pas forcément à la suite. Mais c’est vrai qu’on est contents d’être où on est. Ce n’était pas forcément écrit d’avance.

 

Vous avez maintenu Roanne à 71 points. C’est en défense que vous construisez vos victoires ?

Clairement, c’est l’aspect défensif qui nous a fait gagner ce match. Suite aux vidéos qu’on avait visionnées durant la semaine, le coach nous avait dit d’entrer dans ce match avec beaucoup d’intensité sur le plan défensif parce que c’est une équipe qui n’aimait pas être trop bousculée. On a vu que c’était le cas sur le terrain, ce qui nous a incités à rajouter une couche, puis une autre…

 

On vous sent sereins. Vous ressentez l’effet de la confiance accumulée au travers des victoires ?

Oui. Quand tu commences le championnat avec le nombre de victoires qui est le nôtre, tu es plus serein dans ta tête et moins inquiet dans ton jeu. Bien sûr, cela engendre de la confiance. Les joueurs d’expérience qu’on peut avoir comptent aussi, notamment en fin de match.

 

 

Pourtant, on voit aussi des jeunes joueurs qui découvrent la Pro B ou ont des choses à y prouver. Tu en fais partie, comment te sens-tu ?

La première fois qu’on m’a interviewé à Caen, j’avais dit que je pensais être très bien tombé (peut-être était-ce pour cet article ?). Il faut juste que je travaille et que j’apprenne à être patient. Ce qui est bien avec cette équipe, c’est que tout le monde peut apporter. Je suis le premier surpris par le début de saison de Bastien (Vautier), le plus jeune joueur de l’équipe. Il vient d’avoir 19 ans et ce qu’il fait est vraiment impressionnant. C’est à l’image de tout le banc. Les remplaçants peuvent apporter autant que n’importe quel joueur du cinq majeur. Ils peuvent aussi apporter des choses différentes à certains moments.

 

Contre Roanne, on te voit apporter défensivement mais aussi offensivement avec deux tirs à trois points importants. Tu prends davantage tes marques sur le plan offensif ?

On ne va pas se mentir, mon rôle principal pour l’instant est de gérer le jeu et défendre dur. Le jour où les paniers entrent, ce n’est que du bonus. Mais c’est vrai que ça me conforte dans l’idée que je ne travaille pas pour rien. Je fais beaucoup d’efforts en ce moment. Quand ça paye comme ça, je ne peux qu’avoir le sourire. Je suis en train de trouver un bon rythme.

 

Après la trêve, ce sera Orléans. On t’imagine impatient de jouer ce match…

 

Oh oui, j’ai hâte ! Orléans, c’est un peu chez moi (Ibrahima Sidibé y a été formé, ndlr). J’ai envie de leur prouver des choses.

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr