Basket. Caen tient son pivot avec David Ramseyer

13 novembre 2017 Ecrit par 

Un mois après la blessure de Marc-Eddy Norelia, le Caen Basket Calvados tient enfin son pigiste ! Son nom est bien connu du basket français puisqu’il s’agit de David Ramseyer, franco-suisse de 30 ans passé par de nombreux clubs français avant de faire ses valises pour la Suisse… et de se faire licencier à la suite d’une bagarre le mois dernier.

 

Né à Roanne, David Ramseyer y a fait ses classes avant de passer par l’étape Nationale 1 du côté de Châlons-en-Champagne. Une saison là-bas, en 2008-2009, a suffi pour ouvrir les portes de la Pro B du côté d’Aix-Maurienne (6,1 points et 2,5 rebonds par match). David Ramseyer y a de nouveau passé une seule saison, comme à Antibes (10,8 points et 4,1 rebonds par match) et Nantes (12,8 points et 3,8 rebonds par match), toujours en Pro B. Il a ensuite retrouvé la Pro A chez le promu Boulazac (4,8 points et 3,2 rebonds par match en 2012-2013), avant d’accompagner le club lors de sa relégation (8,8 points et 4 rebonds par match en 2013-2014).

 

« On a pris le risque de lui donner une nouvelle chance »

 

Cette saison fut la dernière en France avant la signature au CBC. Entre temps, David Ramseyer a été champion de Suisse et vainqueur de la Coupe de Suisse avec les Lions de Genève (2015). Il a porté les couleurs de Neuchâtel par la suite avant de se faire licencier pour une bagarre d’après-match. Une péripétie qui a confirmé l’étiquette de fort caractère souvent associée à David Ramseyer. Quatre ans après son départ de France, Caen a donc « pris le risque de lui donner une nouvelle chance », pour reprendre les mots d’Hervé Coudray.

 

« On a une équipe de guerriers, mais on n’avait pas de méchant, de joueur qui pouvait faire peur à l’adversaire, complète le coach caennais. C’est un joueur qui aime jouer dur. Je peux le comparer un peu à Richie Gordon. C’est un sanguin, un écorché vif. Il va arriver dans un groupe qui fonctionne bien. À lui de se mettre dans le groupe de la meilleure des façons possible. C’est plus facile d’arriver dans un groupe qui fonctionne bien et dont les résultats sont plutôt satisfaisants. » Des résultats qui n’ont pas – et c’est une petite surprise – été perturbés par l’absence d’un joueur aussi majeur que pouvait l’être Marc-Eddy Norelia. Le recrutement d’un poste 5 n’en était pas moins une nécessité, même si les performances convaincantes de Bastien Vautier et du collectif caennais ont permis aux décisionnaires de ne pas être en situation d’urgence pendant leurs recherches.

 

« Athlétique et tonique »

 

Après de longues semaines de quête vaine, les dirigeants caennais et leur staff ont fini par jeter leur dévolu sur ce joueur de 2,02 mètres. « Cela s’est fait très tardivement, précise Hervé Coudray. Dans un premier temps, on ne s’était pas spécialement orienté vers un français. On a eu cette opportunité et on a fait le choix de la saisir pour trois raisons principales. Premièrement, c’est un joueur français, ce qui règle pas mal de problèmes au niveau administratif. Ensuite, il a beaucoup d’expérience, en particulier de la Pro B et même de la Pro A. Enfin, c’est un joueur évoluant près du panier conformément à ce qu’on recherchait. Il est athlétique, tonique, il va vite. »

 

 

International suisse, David Ramseyer (il tournait à 12,7 points et 5 rebonds l’année dernière lors de la campagne qualificative à l’Euro 2071) s’entraîne déjà avec sa nouvelle équipe. Il sera normalement qualifié pour la réception de Roanne, son club formateur, vendredi soir. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr