Sébastien Cape (Caen BC) : « On a envie de faire mieux »

12 octobre 2017 Ecrit par 

Le Caen Basket Calvados s’attaquera demain soir à la première journée de Pro B à Lille. Il refermera ainsi près de deux mois de préparation contrastés, entre des matchs amicaux tous gagnés et des matchs de Leaders Cup tous perdus. Sébastien Cape, titulaire lors des deux derniers matchs, a désormais hâte d’en découdre.

 

Sébastien, c’est une "drôle" de manière de terminer la préparation avec ce match contre Évreux (défaite 78-85, mais ça a au moins permis de démontrer des valeurs morales intéressantes ?

Ce n’est pas le match qu’on attendait, mais on avait à cœur de se racheter vis-à-vis du précédent contre Orléans. Je pense que ça s’est vu. On a tout donné. On s’est fait mal, Marc-Eddy (Norelia) et moi, mais on a essayé de revenir. Les mecs qui étaient sur le terrain se sont donnés à fond. On a montré un nouveau visage. Ce n’était pas celui des Spurs avec leur jeu très léché, mais au moins c’était le visage de joueurs qui avaient envie de jouer et de tout donner sur le terrain.

 

De ce point de vue-là, ça reste un bon dernier match avant le championnat ?

Hum, ce n’est quand même pas la meilleure manière de travailler, mais ça nous a permis de nous serrer les coudes en se retrouvant dans une situation compliquée. On n’a pas baissé la tête. Beaucoup d’équipes auraient pris quarante points à notre place et tout le monde aurait trouvé ça normal. On a essayé de gagner. On a même eu des ballons pour passer devant. C’est un match qui va nous servir.

 

0/4 en Leaders Cup, c’est frustrant ?

Oui ça l’est, surtout quand on avait commencé par cinq victoires en prépa. On a l’impression que c’est un peu plus compliqué. L’intensité pendant les matchs a changé. Il faut qu’on s’adapte. On a beaucoup de joueurs qui découvrent le niveau, d’autres qui s’intègrent dans le groupe. On a fait toute la Leaders Cup sans BJ (Monteiro), ce n’est pas neutre non plus. Il faut d’abord qu’on retrouve notre équipe au complet et qu’on progresse tous ensemble. C’est là qu’on verra notre vrai niveau.

 

On a le sentiment qu’il y a eu deux prépas : la première avec toutes ces victoires, et la seconde en Leaders Cup.

On avait dit à ce moment-là que les matchs de prépa n’étaient que des matchs de prépa. On a peut-être surpris deux-trois équipes. C’était peut-être le cas d’Évreux. En Leaders Cup, au premier match, ce sont eux qui nous ont surpris par leur intensité. On apprend. J’espère qu’on va apprendre vite (sourire).

 

La Leaders Cup a permis d’apprendre plus vite que des simples matchs de préparation ?

Si on avait commencé le championnat directement après les matchs de préparation, on en serait peut-être à 0-4 en ce moment. Ce serait un autre débat, ce serait vraiment grave. Mais il ne faut pas non plus que ça ne serve qu’à ça. J’aurais bien aimé jouer à Disney Land. Maintenant, je pense qu’on a assez appris et qu’il est temps d’aller sur le terrain pour gagner.

 

Où en est l’équipe mentalement ?

Je ne sens pas de doute ni de baisse de confiance. Je sens des joueurs qui ont envie de faire mieux On sait qu’on peut faire mieux, on a fait mieux en prépa. On travaille dur aux entraînements. C’est un peu frustrant de ne pas y arriver comme on le voudrait en match. À Orléans, on perd de sept sans BJ et en ayant été devant une bonne partie du match. Avec BJ, ça aurait peut-être été différent. On n’est pas inquiet parce qu’on sait qu’on n’a pas joué au complet. Les matchs retours contre Orléans et Évreux nous ont peut-être redonné un peu de confiance. On est là où on doit être, on ne perd pas de beaucoup alors qu’on a des joueurs absents. Quand on les récupèrera, on gagnera des matchs.

 

Tu fais partie des joueurs qui découvrent la Pro B. Où vois-tu la différence déjà au travers de la Leaders Cup ?

La plus grosse différence est sur l’impact physique. C’est intense, ça défend dur. Il faut mériter tous ses paniers. Mais quand tu joues contre Orléans, tu affrontes des mecs qui étaient en Pro A la saison dernière, qui sont talentueux et ont un mental de tueur. Ça me plaît de jouer contre des mecs comme ça. J’espère que ça ne sera pas ma seule saison en Pro B.

 

Tu sembles avoir tiré ton épingle du jeu pendant cette prépa…

 

Je suis dans la continuité de la préparation, où je me suis senti très bien. J’aimerais avoir un peu plus de régularité dans le shoot. C’est aussi dû aux shoots que je prends, qui sont souvent en fin de possession, compliqués… Je me sens bien dans le collectif. Le coach me fait confiance, il m’a mis dans le cinq lors des deux derniers matchs. J’essaie de le lui rendre. 

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr