Camille Eleka veut rebondir à Berck

25 juin 2017 Ecrit par 
Camille Eleka va retrouver Berck, comme ici, mais avec le maillot du club nordiste. Un club contre lequel il a toujours été très bon.

Après quatre saisons au Caen Basket Calvados, Camille Eleka s'est engagé en faveur de Berck en Nationale 2. Celui qui a soulevé le Palais des Sports avant de connaître une dernière année presque blanche est partagé entre l'enthousiasme de rejoindre un nouveau projet et la nostalgie de quitter son club de cœur.

 

Il n’est pas encore à Berck qu’il y fait déjà le show. Camille Eleka a explosé les compteurs de l’ABBR dès l’annonce de sa signature au club. Dans le recrutement orchestré jusqu’à présent par le club nordiste, il est de loin celui qui suscite le plus d’enthousiasme. L’affectif Camille Eleka l’accueille dans un sourire gourmand. Lui et Berck, c’est fait pour marcher. « Je voulais jouer dans le nord, je connais la ferveur qui y règne, dit-il. Les gens sont accueillants. J’assimile cela à mon côté africain (sourire). Et quand on jouait contre Berck, je me disais que si j’allais dans le nord, ce serait là-bas. » Séduit par l’état d’esprit véhiculé par ce club, Camille Eleka était certain qu’il y retrouverait les ambiances passionnées qu’il affectionne par-dessus tout. De la chaleur, des responsabilités, un vrai rôle dans un projet ambitieux, voilà ce dont a besoin l’ailier pour s’épanouir. « Je n’avais pas envie de me retrouver dans un club sans ambition juste pour l’argent. Je ne suis pas un mercenaire, j’aime les projets. C’est pour cela que je vais à Berck. »

 

« Être un vrai Ch'ti »

 

Sur la Côte d’Opale, Camille Eleka tentera de décrocher une nouvelle montée en Nationale 1, comme il y était parvenu à le faire il y a deux ans. « Je suis pressé de commencer l’aventure », affirme-t-il. Mais quand ses anciens camarades fouleront les parquets de la Pro B, lui fera briller ses qualités de basketteur et d’athlète deux divisions en-dessous. Une régression ? « Non, parce qu’il y a de grosses ambitions. Je retrouve un peu le projet qu’il y avait au CBC à mon arrivée. Je préfère jouer dans un club ambitieux en Nationale 2 plutôt que d’être dans le ventre mou de N1 ou de ne pas jouer en Pro B. Je veux connaître de nouveau la joie des playoffs. J’aime quand il y a du public, j’aime les gens, j’aime le show… Si je n’ai plus de problème avec mon corps, je peux m’installer dans le nord et être un vrai Ch’ti. » Reste donc à soigner cet outil de travail trop souvent récalcitrant dans la carrière du joueur. La saison dernière en fut un exemple supplémentaire.

 

eleka larochelle 1516

 

Six bouts de matchs pour trente minutes passées sur le terrain, voilà à quoi s’est limité l’exercice 2016-2017 de Camille Eleka. La raison première de cette année presque blanche ? Le tendon d’Achille, toujours. Déjà touché en fin de saison précédente, Camille Eleka a joué de malchance. « Je me suis fait opérer l’été dernier en raison d’une grosse tendinite. Quand j’ai repris en septembre, j’avais toujours des douleurs et je n’ai pas pu reprendre, alors qu’il s’agissait initialement d’une opération bénigne. J’ai pu jouer quelques matchs malgré tout (Camille est revenu lors de la quatrième journée contre Chartres, ndlr), mais ça me faisait trop mal. Je ne pouvais même pas poser le pied par terre. Les chirurgiens ne voulaient pas m’opérer une deuxième fois en peu de temps, mais c’est tout de même l’option qui a été choisie avec le staff médical. Il s’avère que j’avais une boule de sang dans le tendon, qui me mettait une tension permanente. » La boule a été percée en février, et le joueur retrouve peu à peu une condition physique optimale.

 

« Je reste un peu sur ma faim »

 

« Je me sens plutôt bien, avance-t-il. Je fais des soins avec Olivier Escurat et une préparation physique avec Romain Morin. Ils font un excellent boulot. En parallèle, je me force à perdre des kilos chez une diététicienne, Lucie Marcelin. Quand un club m’accorde sa confiance, je n’ai pas le droit de le décevoir. Je mets toutes les chances de mon côté pour faire une bonne saison. » Malgré quelques douleurs à la palpation, le temps que la cicatrisation soit complète, Camille Eleka est sur la bonne voie. Il espère refermer au mieux une période délicate à vivre, mais qu’il observe toutefois avec philosophie. « Les blessures font partie du métier. Ça aurait été plus difficile si je n'avais pas eu le niveau. J'ai quand même pu faire quelques matchs, et m'entraîner aussi. Je suis content d'avoir pu participer un minimum à cette montée. On est une équipe. Néanmoins, il y a tout de même de la frustration quand tu ne peux pas t'exprimer et que tu vois les autres s'éclater sur le terrain. »

 

eleka nutricienne juin17

Camille Eleka avec sa diététicienne, Lucie Marcelin.

 

A la frustration s'ajoute un regret, celui de partir sans « vraiment avoir pu faire mes au-revoir ». « Je reste un peu sur ma faim, reconnaît Camille Eleka. Il n'y a pas vraiment eu d'occasion de le faire, mais ça me laisse un petit goût amer. » Après quatre saisons dans son club de cœur, Camille Eleka reprend la route et « ne réalise peut-être pas encore ». « J'ai commencé le projet au tout début, avec Nico (Batum), Thierry (Godfroy), Hervé (Coudray), Eric (Fleury) et Franck (Danet). J'ai une petite nostalgie. J'aime ce club et il me l'a bien rendu. C'est dur de quitter tout le monde hier. Je suis trop fier et trop content de mes coéquipiers. C'est un bonheur de partir en ayant atteint l'objectif Pro B. » Reste que pour l'enfant de Biéville-Beuville, quitter de nouveau la région, « ça pique ». « Je me disais que ma vie était ici et je me voyais rester au CBC jusqu'à la fin de ma carrière. Finir là où on a commencé, c'est beau. Je suis un peu triste que ça n'ait pas pu se faire, mais il faut rebondir. Et peut-être qu'un jour je reviendrai... »

Parrain Rubrique - CBC

case septembre15    

Qui sommes-nous ?

Lancé en novembre 2009 par Aline Chatel, Sport à Caen est animé par une équipe de passionnés.

Rejoindre l'équipe

Vous êtes passionné(e) de sport et souhaitez rejoindre l'équipe rédactionnelle de Sport à Caen ?

Contactez-nous : recrutement@sportacaen.fr

Devenir Annonceur

Vous êtes une entreprise et vous souhaitez communiquer sur le site Sport à Caen ?

Contactez-nous : commercial@sportacaen.fr

Nous contacter

Une demande de renseignement, une question, un commentaire, des idées à partager ? N'hésitez pas à prendre contact avec nous !

contact@sportacaen.fr